Grindhouse
Dimension Films

"Les gens ne comprenaient rien à ce qu’ils étaient en train de regarder."

Boulevard de la mort et Planète Terreur (Grindhouse) sont des ovnis dans la filmographie de Quentin Tarantino et de Robert Rodriguez. Sortis en 2007, les deux films (liés par une seule et même bande-annonce) revisitent les films Grindhouse, soit le cinéma d’exploitation américain connu pour fonctionner en double-programmes, avec tout ce qui le caractérise : de très jolies filles, des héros badass, de l’hémoglobine à gogo et des effets spéciaux gores kitch à souhait. Porté par une communication ultra-efficace et un casting prometteur (Kurt Russel, Rose McGowan, Rosario Dawson, Josh Brolin), le dytique a pourtant été un échec commercial cuisant (Boulevard de la mort n’a rapporté "que" 31 millions de dollars de recettes dans le monde, et Planète Terreur 25 millions). 

Dans une interview pour Empire, Quentin Tarantino a expliqué pourquoi, selon lui, les films n’ont pas rencontré le succès escompté : "Concernant Grindhouse, Robert et moi pensions que le public se sentait assez proche du concept des double-programmes et des films d'exploitation... Mais en fait non, vraiment pas. Les gens ne comprenaient rien à ce qu’ils étaient en train de regarder. Ça ne signifiait rien pour eux, ce que nous étions en train de faire. Nous étions un peu ‘too cool for school’ , d’une certaine manière."

Cinq infos à retenir de QT8, le documentaire sur Quentin Tarantino

Dans plusieurs pays y compris le Royaume-Uni, les deux films ne sont pas sortis sous forme de dyptique, mais séparément. Une volonté du producteur déchu Harvey Weinstein. Quentin Tarantino se souvient d’être allé voir son film, Boulevard de la mort, le jour de sa sortie alors qu’il se trouvait à Londres. "Je faisais la promotion du film avant le premier week-end de sortie. Je suis allé voir Edgar Wright (le réalisateur de fausse bande-annonce) et je lui dis ‘Hey, allons voir le film vendredi soir avec toi et tes amis, à Picadilly.’, se souvient-il. Quand nous sommes entrés dans la salle de cinéma, il y avait environ 13 personnes à l’intérieur. On parle de la séance de 20h30, le jour de la sortie, ok ? (rires). Cette expérience à de quoi rendre humble. Mais nous nous sommes assis, nous l’avons regardé et nous avons passé un bon moment."

Succès commercial ou non, le fameux diptyque est désormais un objet culte pour bon nombre de fans. Il a même inspiré une série de trois spin-off : Machete de Robert Rodriguez et Ethan Maniquis, Machete Kills de Robert Rodriguez et Hobo with a Shotgun de Jason Eisener. 

Top 20 des meilleurs personnages de Quentin Tarantino