Gangsters par alliance
Netflix

La nouvelle comédie qui cartonne sur Netflix est une gaudriole vulgaire, qui voudrait faire du WTF un style de cinéma à part entière. Au moins, elle a le mérite d'assumer faire n'importe quoi du début à la fin.

"Cette merde, c'est vraiment du grand n'importe quoi..." La dernière réplique du film, comme un éclair de lucidité juste avant le générique de fin, résume de manière hallucinante les 93 minutes qui viennent de s'écouler. Gangsters par alliance est une comédie romantico-criminelle totalement loufoque, qui part dans tous les sens en justifiant son existence par son improbable casting de stars d'hier et d'aujourd'hui.

Adam Devine, vedette de télé repérée dans Modern Family - et aujourd'hui sur HBO dans The Righteous Gemstones - incarne Owen, un manager de banque un peu simplet, qui doit épouser une délicieuse prof de yoga (jouée par l'ancienne idole de Vampire Diaries, Nina Dobrev). Quelques jours avant le mariage, les parents de la fiancée débarquent, après des années d'absence, loin du monde. Officiellement, ils étaient en Amazonie. Mais en vrai, ce sont des braqueurs de banque...

Gangsters par alliance
Netflix

Le pitch a tout d'une mauvaise comédie américaine des années 2000. Mais puisqu'on est sur Netflix et qu'on peut tout se permettre, le réalisateur Tyler Spindel et ses scénaristes (Evan Turner et Ben Zazove) poussent tous les curseurs de la bêtise au maximum. D'une vulgarité abyssale, boostée par une litanie d'incessantes vannes de pénis, Gangsters par alliance hébète plus qu'il n'amuse. Plongés dans ce marasme, Pierce Brosnan et Ellen Barkin paraissent en roue libre la plupart du temps, presque aussi consternés que nous. Adam Devine en fait des tonnes, tandis qu'une galerie de visages connus (Michael Rooker, Richard Kind, Julie Hagerty et même Poorna Jagannathan, la maman de Mes Première fois) défile sur l'écran dans une cacophonie qui confine au foutage de gueule.

Parce que Gangsters par alliance fait du n'importe quoi une philosophie de cinéma à part entière, comme une ligne de conduite à respecter qui viendrait absoudre le néant de l'écriture. Au moins, on peut reconnaître au film ce mérite d'assumer jusqu'au bout être ce qu'il est : une farce grand-guignolesque où tout le monde fait n'importe quoi et où rien n'est à prendre au sérieux. Ou comment faire du cinéma en trois lettres : WTF.

Gangsters par alliance, réalisé par Tyler Spindel, sur Netflix depuis le 7 juillet.


A lire aussi sur Première

Acharnés sur Netflix : l'une des plus grosses claques de l'année (critique)

Steven Yeun et Ali Wong se font du mal après un coup de klaxon énervé. Une comédie noire sur le mal-être du XXIe siècle, qui vire au drama existentialiste troublant.

Cet Avatar a de grands airs de fantasy (critique)

Et si Shyamalan avait vu juste ? La série d'animation prend vie avec cette deuxième adaptation, une série live action au souffle épique, visuellement spectaculaire, et pas tellement éloignée du film de 2010...