Azur et Asmar
Diaphana Films

Le film d'animation revient ce soir sur France 4.

Il y a bien longtemps, deux enfants étaient bercés par la même femme. Azur, blond aux yeux bleus, fils du châtelain, et Asmar, brun aux yeux noirs, fils de la nourrice. Elevés comme deux frères, les enfants sont séparés brutalement. Mais Azur, marqué par la légende de la Fée des Djins que lui racontait sa nourrice, n'aura de cesse de la retrouver, au-delà des mers. Les deux frères de lait devenus grands partent chacun à la recherche de la Fée. Rivalisant d'audace, ils iront à la découverte de terres magiques, recelant autant de dangers que de merveilles...

En 2006, Michel Ocelot, le papa de Kirikou, revenait au cinéma avec Azur et Asmar. Première avait apprécié ce conte d'inspiration orientale. Voici notre critique.

"Le passeur Michel Ocelot persiste et signe. Moins allégorique mais tout aussi enchanteur que ses précédents films, Azur et Asmar résonne singulièrement dans le contexte actuel. Il est question d’écoute, de pont entre l’Occident et le monde arabe, de foi sereine. (…)
Entièrement réalisé en images de synthèse, Azur et Asmar, fait entrer l’animation française dans l’ère de la modernité. (…) Le spectaculaire ne réside pas dans l’action et la parodie mais dans la richesse et la précision des décors, des costumes et des accessoires. Pour Ocelot, l’excellence artistique passe avant la gageure technique. La splendeur visuelle de son film lui donne raison."

Bande-annonce :

Michel Ocelot : "Partout, et de tout temps, des hommes se sont mal conduits avec les femmes"