Hollywood : Comment la mini-série de Ryan Murphy romance la vie de Rock Hudson
Netflix/Abaca

En mêlant faits réels et fiction, elle offre un destin plus doux à l'acteur.

Rock Hudson aurait fêté aujourd'hui aujourd’hui ses 95 ans. Star incontournable des années 1950, adulé par les femmes, il est célèbre pour son interprétation qui lui vaut en 1957 l’Oscar du meilleur acteur dans Géant ou encore pour Confidences sur l'oreiller (1959) et Ecrit sur du vent (1956). Avec le temps, sa vie personnelle deviendra aussi célèbre que sa carrière d’acteur. S'il incarne en majorité des rôles d’hommes à femmes, il est aujourd'hui resté dans l'histoire comme l’une des premières vedettes hollywoodienne à annoncer son homosexualité ainsi qu’à déclarer publiquement être atteint du sida, mais ces révélations sont tardives, puisqu'il n'en parlera qu'en 1985, peu avant sa mort.

De son vrai nom Roy Harold Scherer, l’acteur grandit dans l’Illinois au sein d’une famille modeste. Echappant à un beau père violent lui reprochant son côté "efféminé", il s’engage à 18 ans dans la Marine pour ensuite s’installer à Los Angeles en 1947 afin de tenter sa chance à Hollywood. Sa rapide ascension dans le milieu est due en partie à l’agent Henry Wilson, connu pour le chantage sexuel qu’il exerçait auprès de jeunes acteurs dont Rock Hudson sera l’une des victimes. Dans Hollywood, l’agent est joué par Jim Parsons incarnant avec brio le sadisme et l’abus de pouvoir prouvant que le harcèlement a toujours été une triste coutume à Los Angeles. Rock Hudson est lui interprété par le jeune Jake Picking, une révélation.

Avec Hollywood, Ryan Murphy signe une rêverie d'un optimisme réjouissant (critique)

Les histoires obscures des coulisses d’Hollywood des années 1950 sont le terreau de la série de Ryan Murphy qui recontextualise en image la société américaine homophobe à laquelle le jeune acteur a dû faire face, obligé de cacher son orientation sexuelle durant des années. La série montre l’acteur au début de sa carrière, lorsqu’il tente de se faire un nom parmi les plus grands et par tous les moyens. Soumis à la pression des studios et de son agent qui laissent courir de fausses rumeurs notamment sur sa présumée relation avec l’actrice Claudia Cardinale, il subit de plus un mariage arrangé avec Phyllis Gates.

Si certains faits sont réels, le réalisateur nous délivre cependant un scénario criblé d’uchronies érigeant en héros progressistes ses personnages comme le veut la scène représentant Rock Hudson sur le tapis rouge au bras de son compagnon dès 1948.

Outre l’hommage rendu à Rock Hudson, l'auteur de American Horror Story retrace aussi l’histoire de Anna May-Wong une actrice sino-américaine qu’on cantonnait aux mêmes rôles de séductrice orientale et Hattie McDaniel se battant pour un rôle plus avantageux que ceux de servantes proposés aux actrices afro américaines. Elle remporta d’ailleurs l’Oscar de la meilleure actrice pour son second rôle dans Autant en emporte le vent en 1940, mais, comme on peut le voir dans la série, même cet heureux événement fut synonyme de discrimination...

Une saison 2 pour Hollywood sur Netflix ?