DR

Le Festival de Cannes, c’est aussi sa prestigieuse Quinzaine. Sélection.

Le Festival de Cannes 2016 ouvre officiellement ses portes aujourd’hui. Et si tous les yeux sont logiquement tournés vers la sélection officielle, il ne faut jamais oublier que de nombreuses pépites se cachent ailleurs. Moins médiatisée, la Quinzaine des réalisateurs cuvée 2016 propose une sélection racée et variée, de la comédie dramatique au pur thriller, du documentaire au biopic. Première a choisi cinq films à ne pas louper si vous faites un tour sur la Croisette.

Neruda, de Pablo Larraín

Un biopic mais surtout un drame, avec Gael García Bernal dans le rôle de l’inspecteur Óscar Peluchonneau. Après les réussites No (2012) et El Club (2015), on attend beaucoup du nouveau Pablo Larraín. 

Synopsis : 1948, la Guerre Froide s’est propagée jusqu’au Chili. Au Congrès, le sénateur Pablo Neruda critique ouvertement le gouvernement. Le président Videla demande alors sa destitution et confie au redoutable inspecteur Óscar Peluchonneau le soin de procéder à l’arrestation du poète. Neruda et son épouse, la peintre Delia del Carril, échouent à quitter le pays et sont alors dans l’obligation de se cacher. Il joue avec l’inspecteur, laisse volontairement des indices pour rendre cette traque encore plus dangereuse et plus intime. Dans ce jeu du chat et de la souris, Neruda voit l’occasion de se réinventer et de devenir à la fois un symbole pour la liberté et une légende littéraire. 

DR

Ma Vie de Courgette, de Claude Barras

Un film d’animation au design singulier, sans grande star au casting vocal. Rafraîchissant. Ma Vie de Courgette semble surtout être une belle fable sur l’amour chez les préadolescents, avec toute la joie et la violence qui en découlent. 

Synopsis : Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux. 

Dog Eat Dog, de Paul Schrader

Pourquoi ? Parce que Paul Schrader, parce que Nicolas Cage, parce que Willem Dafoe. Le tout dans un thriller qui semble redoutablement tendu. Amplement suffisant, non ?

Synopsis : Lorsque trois ex-détenus désespérés se voient offrir un boulot par un chef de la mafia mexicaine, ils savent qu’ils feraient mieux de refuser, mais l’appât du gain les empêche de tourner les talons. Tout ce qu’ils ont à faire est de kidnapper l’enfant d’un homme qui cherche à mettre le chef de la mafia sur la touche. Le rapt tourne mal lorsque les ravisseurs sont forcés de tuer un intrus inattendu et aussi dangereux mort que vif. Désormais indésirables dans le milieu, les trois ex-détenus deviennent les fugitifs les plus recherchés. Chacun d’eux s’est juré de ne jamais retourner en prison et pour ça ils sont prêts à tout.

DR

Risk, de Laura Poitras

Quand la réalisatrice de l’excellent documentaire Citizenfour s’attaque à Julian Assange, difficile de ne pas s’emballer d’avance. Réfugié à l’ambassade d’Équateur à Londres depuis juin 2012, le fondateur de WikiLeaks pourrait bien révéler une partie de ses secrets dans Risk.

Synopsis : Dans ce documentaire immersif, Poitras tourne sa caméra sur une autre figure controversée : l’éditeur de WikiLeaks, Julian Assange. La réalisatrice oscarisée de Citizenfour continue ainsi sa courageuse enquête sur les voix qui défient les autorités et mettent en question la surveillance des citoyens par l’État. 

DR

L’Effet aquatique, de Solveig Anspach

L’ultime film de la regrettée Solveig Anspach, décédée en août dernier. Au-delà de la fascination pour une oeuvre posthume, L’Effet aquatique semble allier l’humour et la romance avec délicatesse. D’après les premiers extraits, le beau casting (Florence Loiret-Caille, Samir Guesmi, Olivia Côte…) n’y est pas pour rien. 

Synopsis : Samir, grand gaillard à la quarantaine dégingandée, grutier à Montreuil, tombe raide dingue d'Agathe, piquante jeune femme brune croisée dans un café. Quand il apprend qu'elle est maitre nageuse à la piscine municipale Maurice Thorez, il ne trouve pas d'autres moyens pour l'approcher que de prendre des cours de natation avec elle. Alors qu'il sait parfaitement nager… Mais son mensonge ne tient pas trois leçons, et Agathe déteste les menteurs. Mensonge découvert. Agathe furieuse, fin de l'histoire. Enfin… Presque.

Bonus : Tour de France, de Rachid Djaïdani

Parce qu’avec Gérard Depardieu, on n’est jamais à l’abri d’une excellente surprise. L’histoire de Far’Hook, un jeune rappeur de 20 ans. Suite à un règlement de compte, il est obligé de quitter Paris pour quelques temps. Son producteur, Bilal, lui propose alors de prendre sa place et d’accompagner son père Serge faire le tour des ports de France sur les traces du peintre Joseph Vernet. Malgré le choc des générations et des cultures, une amitié improbable va se nouer entre ce rappeur plein de promesses et ce maçon du Nord de la France au cours d’un périple qui les mènera à Marseille pour un concert final, celui de la réconciliation. 

DR