Date de sortie 3 octobre 2018
Durée 95 mn
Réalisé par Carlos Lopez Estrada
Avec Daveed Diggs , Rafael Casal , Janina Gavankar
Scénariste(s) Daveed Diggs, Rafael Casal
Distributeur Metropolitain Film Export
Année de production 2018
Pays de production Etats-Unis
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Encore trois jours pour que la liberté conditionnelle de Collin prenne fin. En attendant de retrouver une vie normale, il travaille comme déménageur avec Miles, son meilleur ami, dans un Oakland en pleine mutation. Mais lorsque Collin est témoin d’une terrible bavure policière, c’est un véritable électrochoc pour le jeune homme. Il n’aura alors plus d’autres choix que de se remettre en question pour prendre un nouveau départ.

Offres VOD de Blindspotting

Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 11.99  € Acheter
Cinemasalademande SD HD Cinemasalademande 3.99 € Louer

Toutes les séances de Blindspotting

Photos de Blindspotting

Blindspotting affiche
Metropolitan FilmExport
AFFICHE
Metropolitan Filmexport / Snoot Entertainment / Foley Walkers Studio
Blindspotting affiche
AFFICHE

Blindspotting, affiche

Blindspotting, affiche

Critiques de Blindspotting

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Le titre fait référence à une forme de préjugé qui entraîne un observateur partial à ne voir qu’un seul côté des choses. Comme de considérer chaque Noir comme un criminel en puissance. C’est l’un des nombreux thèmes évoqués dans cette fiction aux ambitions multiples, écrite par deux amis d’enfance –un noir et un blanc, qui jouent eux-mêmes des personnages inspirés de leur propre expérience. Le film démarre par un suspens magistral en annonçant que Collin vit ses trois derniers jours de liberté conditionnelle. Sans rien connaître de lui, on redoute déjà les ennuis à venir, d’autant que sa couleur de peau l’oblige à redoubler d’attention. A côté, Miles, son ami d’origine hispanique, est beaucoup plus libre de ses mouvements, malgré un comportement irresponsable partiellement motivé par sa frustration de voir le quartier s’embourgeoiser. Incidemment, le fait qu’ils soient déménageurs les place dans une situation idéale pour observer en direct comment la ville d’Oakland se transforme, pour le meilleur et pour le pire. Si la plupart des informations sont dispensées verbalement, leur caractère prosaïque est compensé par un artifice risqué : il arrive aux deux lascars d’improviser des vers (les auteurs viennent du slam) au milieu de situations souvent tendues. Cette façon d’utiliser le rap comme un équivalent des chansons dans la comédie musicale représente le pari poétique le plus osé de ce premier film dont les qualités surpassent largement les défauts.