Date de sortie 30 mai 2012
Durée 120 mn
Réalisé par Ridley Scott
Avec Noomi Rapace , Michael Fassbender , Charlize Theron
Scénariste(s) Jon Spaihts, Damon Lindelof
Distributeur Twentieth Century Fox
Année de production 2012
Pays de production Grande-Bretagne, Etats-Unis
Genre Film de science-fiction
Couleur Couleur

Synopsis

En 2089, Elizabeth Shaw et son compagnon Charlie Holloway font une étrange découverte. Un pictogramme apparait sur plusieurs vestiges de civilisations disparues, qu'elles soient aztèques, mésopotamiennes ou préhistoriques. Ils comprennent très vite que ce symbole montrant un humanoïde levant sa main vers six étoiles est en réalité une carte de l'espace. Elizabeth est alors persuadée qu'il s'agit d'une invitation des créateurs de la l'humanité, théorie corroborée par les traces laissées par leurs créateurs et retrouvées en Afrique trente ans plus tôt.Grâce à la société Weyland, une expédition est organisée, une expédition de 17 personnes dirigée par Meredith Vickers et qui conduira Elizabeth Shaw jusqu'au système solaire de Zeta Reticuli, sur la planète LV-426.Le voyage dure deux ans à bord du Prometheus, et en 2091, David, un androïde, réveille l'équipage encore en hyper-sommeil. Peter Weyland, resté sur Terre, leur apparait alors sous forme d'hologramme pour leur ré-exposer leur mission. Ils doivent ramener de LV-426, un spécimen de forme inconnu. Une fois le Prometheus posé sur LV-426, l'équipage part donc en reconnaissance, seulement, il va découvrir quelque chose qui pourrait bien changer leur destin, et celui de la Terre entière ...Existe en version 3D.

Offres VOD de Prometheus

CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
VIVA HD VIVA 11.99  € Acheter

Toutes les séances de Prometheus

Critiques de Prometheus

  1. Première
    par Sylvestre Picard

    Des paysages défilent, emplissant l’espace au rythme du score wagnérien de Marc Streitenfeld (Le Territoire des loups) digne du Williams de Superman, tandis que l’on découvre un vaisseau titanesque, prisonnier des nuages… Transfigurée par une 3D hallucinante, la séquence d’ouverture de Prometheus veut donner le ton. On est dans de la SF à très grand spectacle, digne de la Géode, posant la barre très haut, à des années-lumière de tout ce qu’à pu faire Sir Ridley avant dans ce domaine. La suite sera beaucoup plus classique, avec son expédition scientifique décimée sur une planète hostile pour avoir voulu percer le secret d’une mystérieuse race alien. Et c’est là le problème : jamais le script de Prometheus, tristement banal, ne se révèlera à la hauteur des envolées visuelles de Ridley Scott, qui retrouve, plastiquement du moins, l’esprit de la grande SF psyché au cinéma.

    Car Prometheus est célébré comme le retour à la SF de Ridley Scott -qui a effectivement donné au genre deux de ses oeuvres les plus marquantes, Alien - Le 8ème passager et Blade Runner. Alien est un autre problème : a trop vouloir raccorder les wagons avec Alien, Prometheus se révèle en fait un simple décalque : même dramaturgie (le réveil des astronautes, et un sursaut final identique). Et si Prometheus n’était qu’un remake d’Alien, avec tous les moyens de la technologie post-Avatar ? Il eût sans doute fallu pour cela un scénario plus solide que celui écrit par le débutant Jon Spaihts (le script de Darkest Hour, c’est dire) et Damon Lindelof (qui a surtout écrit pour la série Lost). Il faut aussi évoquer Lovecraft, tant le film est une lecture quasi littérale du fameux Les Montagnes hallucinées. Ce n’est en soi pas trop grave, mais on comprend mieux l’amertume récente de Guillermo Del Toro, qui devait mettre en boîte l’adaptation officielle du fameux roman de HPL. De fait, plus que la lecture de Lovecraft, si vous avez vu Alien, vous avez déjà vu Prometheus. La Fox, finalement, a bel et bien produit un remake du film de Scott par lui-même au lieu d’un prequel préparé sur un pitch étrange (l’origine des Aliens était laissé dans l’ombre, et c’était très bien ainsi).

    Que le blockbuster soit en crise (pour un Avengers, combien de Battleship, John Carter, Dark Shadows… ?), soit. Mais les reboots et remakes sont-ils une solution ? La jeune génération sera peut-être plus sensible à la 3D épique de Prometheus qu’au nihilisme bad trip du 8ème passager, datant déjà de 1979.

    Au final, que restera-t-il de Prometheus face à Alien ? Comme souvent, le casting : Charlize Theron, puissante et économe dans ses effets, bouffe littéralement la banale Noomi Rapace (qui n’incarne que rarement les tiraillements de son personnage entre science et religion). Mais c’est surtout Michael Fassbender, dément dans le rôle de l’androïde David. Dans cette magnifique séquence où il parcourt le vaisseau, seul, regardant Lawrence d’Arabie en boucle et apprenant les langues anciennes, il pose son jeu qu’il tiendra tout au long du film, avec la précision du moindre geste, ses sourires tristes, son verbe obséquieux. Il emporte tout le film, et restera la meilleure chose d’un métrage qui laisse un goût amer au spectateur mais l’a au moins emmené un bon moment dans les étoiles.

Dernières News sur Prometheus

La petite histoire des films Alien qui n’ont jamais été tournés

Vaches extraterrestres, planète en bois, communisme et Alien sans Ripley : découvrez les longs-métrages Alien restés perdus dans l’espace.

À l’origine, Alien Covenant avait un grand rôle pour Noomi Rapace

Son personnage devait faire le lien avec Prometheus.

Casting de Prometheus

Noomi Rapace
Elizabeth Shaw
Charlize Theron
Meredith Vickers
Logan Marshall-Green
Charlie Holloway