films de 2021
Pathé / Gaumont / 20th Century Studios / Focus Features

Du remake de West Side Story par Steven Spielberg au nouveau Leos Carax, en passant par les retours de Matrix et OSS 117 ou le biopic sur Gustave Eiffel...

Quand les cinémas auront le droit de rouvrir leurs portes, ça risque d'être la cohue ! Du moins on l'espère, car les films vont se bousculer à l'affiche des salles obscures françaises, en 2021. En plus des nombreux hits de 2020 reportés pour cause de COVID, l'année 2021 du 7e art devait en effet déjà être riche en beaux projets. Voici ceux qu'on attend le plus (par ordre alphabétique).

20 films de 2020 à voir en 2021

Annette de Leos Carax

Après neuf ans d’absence, le réalisateur d’Holy motors a réuni Adam Driver et Marion Cotillard dans un film musical tourné en anglais dont le scénario et la BO sont signés du groupe de rock Sparks. On attend donc forcément beaucoup de cette histoire d'amour mystérieuse entre un comédien de stand-up et une cantatrice renommée, réalisée par le plus iconoclaste de nos cinéastes, et où Angèle fera ses débuts à l'écran.

Annette Leos Carax
CG / Tribus P Films


Broker d’Hirokazu Kore-eda

Après une parenthèse française (La Vérité), Kore- eda revient en Asie. Mais pas au Japon. Production coréenne, Broker évoque les consignes à bébé, ces boîtes où sont abandonnés des nouveaux-nés dont les parents ne peuvent plus s’occuper. Un sujet idéal pour ce spécialiste des chroniques familiales chuchotées qui, pour l’occasion, fera équipe avec deux stars coréennes : Song Kang-ho (Parasite) et Bae Doo-Na.

De son vivant d’Emmanuelle Bercot

Emmanuelle Bercot a déjà dirigé Catherine Deneuve dans Elle s’en va et La Tête haute. Et leur troisième collaboration -un temps interrompu par l’AVC dont fut victime la comédienne – promet encore son lot de fortes émotions. Un mélodrame sur la fin de vie, sur comment on affronte la réalité d’une mort qui approche, étalé sur quatre saisons d’une même année et mettant en scène un homme condamné trop jeune par la maladie, sa mère et l’oncologue chargé d’accompagner au mieux ces moments tragiques. Emmanuelle Bercot y retrouve un autre habitué de son cinéma, Benoît Magimel (déjà présent dans La Tête haute et La Fille de Brest) et y dirige pour la première fois Cécile de France.

Eiffel de Mathieu Bourboulon

Le réalisateur des deux Papa ou maman change de registre pour arpenter les rives du grand cinéma romanesque en racontant la construction de la Tour Eiffel, inspirée à son créateur par sa passion pour son amour de jeunesse qu’il recroise un jour par hasard après de longues années d’éloignement. Avec comme référence, le First man de Damien Chazelle pour soin équilibre parfait entre épique et intime. Romain Duris incarnera Gustave Eiffel face à Emma Mackey, la révélation de la série Sex Education, pour son premier rôle en français.

Eternals de Chloe Zhao

Sont-ils l’équivalent des Avengers ? Pour renouveler son stock de super-héros, Marvel est allé piocher chez le génie des comics Jack Kirby. Dans les années 70, il créait les Éternels, des hommes primitifs génétiquement modifiés par une race extraterrestre il y des milliers d’années. Devenus immortels et dotés de pouvoirs incroyables, ils ont été renvoyés sur Terre avec pour but de nous protéger des monstrueux Déviants. La réalisatrice Chloé Zhao (dont on découvrira aussi Nomadland cette année) est à la tête de ce trip cosmique, avec un casting de luxe : Angelina Jolie, Richard Madden, Salma Hayek, Kit Harington... Il fallait au moins ça pour faire oublier les départs de Robert Downey Jr., Scarlett Johansson et Chris Evans.

Eternals
Marvel Studios


Last night in soho de Edgar Wright

Répulsion / Belle de jour / Persona / Ne vous retournez pas : c’est le carré d’as des influences d’Edgar Wright pour Last Night in Soho. Ensemble, ces quatre titres donnent une bonne indication de l’humeur de cette nouvelle étape dans la carrière de l’auteur de Shaun of the Dead. On y suivra le voyage temporel d’une jeune femme passionné par la mode, qui se retrouve dans le Soho des sixties, où elle va rencontrer son idole, une chanteuse en devenir. Anya Taylor-Joy, la stupéfiante actrice du Jeu de la dame, mènera la danse, entourée de Matt Smith, Thomasin McKenzie et deux véritables icônes du Swinging London, Terence Stamp et Diana Rigg, décédée en septembre dernier et dont ce sera la dernière apparition à l’écran.

Lui de Guillaume Canet

Son Astérix décalé pour cause de COVID, Guillaume Canet n’est pas resté les bras croisés et a développé un projet- express (22 jours de tournage) autour d’un musicien en pleine crise qui voit défiler les hommes et les femmes de sa vie : femme, maîtresse, parents, meilleur ami… Et quatre ans après Rockn’roll, il sera de nouveau présent devant et derrière la caméra face à Virginie Efira, Laetitia Casta, Mathieu Kassovitz et Nathalie Baye.

Luca d’Enrico Casarosa

Même si ses premières images pourraient sembler tout droit sorties d’un film d’animation japonais, le nouveau film des studios Pixar, Luca, se déroule bel et bien en Italie, plus précisément sur la Riviera italienne, lieu d’une histoire d’amitié pas comme les autres entre le jeune garçon qui lui donne son titre et… un monstre marin, venu d’un autre monde. Aux commandes, on retrouve un régional de l’étape, le génois Enrico Casarosa, auteur des storyboards de L’Âge de glace, Ratatouille, Là- haut et Coco, qui passe ici un cap en signant son premier long métrage. Sera-t-il le sauveur providentiel qui redonnera enfin un nouveau souffle à Pixar ?

Luca Pixar
Pixar


Madres paralelas de Pedro Almodovar

Exit Manuel à l’usage des femmes de ménage. Le nouveau Pedro Almodovar s’intitulera Madres paralelas et suivra les trajectoires parallèles de deux femmes ayant accouché le même jour. Avec le bonheur annoncé des retrouvailles pour la huitième fois du cinéaste espagnol avec sa muse, Penelope Cruz. Le tournage débute en février. De quoi imaginer un petit voyage à la Mostra en septembre ?

Matrix 4 de Lana Wachowski

En cette décennie où les gros studios d'Hollywood semblent incapables d'avoir une idée originale, une résurrection de Matrix était inévitable. Ce retour se fera avec tout le monde ou presque puisque seuls Lawrence Fishburne, Hugo Weaving et Lilly Wachowski manqueront à l’appel. On nous promet, comme d'habitude, monts et merveilles, scènes d'action maboules et histoire phénoménale. Une chose est sûre : impossible de réinventer la poudre et de recréer le sentiment époustouflant de jamais vu (ou plutôt : « déjà vu mais concentré avec brio ») provoqué par le premier Matrix en 1999. Ça n'empêche pas de guetter avec impatience le nouveau geste de cinéma de Lana Wachowski, co-responsable des seppukus cinémas les plus passionnants du XXIe siècle : Speed Racer, Cloud Atlas, Sense8.

Mission impossible 7 de Christopher McQuarrie

Ethan Hunt est peut-être le plus dangereux des agents secrets, mais Tom Cruise est certainement le pire cauchemar des compagnies d'assurance ! Une fois qu'il aura relancé l'aviation américaine avec Top Gun : Maverick, la star de 58 ans reviendra sauver le monde, une septième fois. Christopher McQuarrie, aux manettes de la saga depuis Rogue Nation renvoie l'agent Hunt faire les 400 coups avec Simon Pegg, Rebecca Ferguson et Ving Rhames. La fine équipe, désormais bien installée, offre un terrain de jeu propice aux délires casse-cou de Tom Cruise. Sa dernière folie pour MI : 7 ? Sauter d'une montagne norvégienne, sur une moto lancée depuis un tremplin en forme de rampe de lancement... Toujours plus loin, plus fort, plus vite.

Nomadland de Chloe Zhao

Révélée par Les Chansons que mes frères m’ont apprises et The Rider, Chloe Zhao (dont on verra aussi en 2021 Eternals, son premier film de super- héros Marvel) raconte l’Amérique des déclassés dans cette adaptation d’un livre de Jessica Bruder mettant en scène une victime de la crise qui prend la route au volant de son van pour mener une vie en nomade. Un film d’une humanité lumineuse sur une réalité sombre où Frances McDormand – qui a initié ce projet – livre une nouvelle composition inoubliable. Rendez- vous aux Oscars ?

Les Olympiades de Jacques Audiard

Jacques Audiard a adapté avec Céline Sciamma et Léa Mysius (Ava) trois histoires de l’auteur de BD Adrian Tomine. Les Olympiades suivra suit trois filles et un garçon, amis, amants, et souvent les deux. Noémie Merlant (qu’on verra aussi en 2021 dans Good man de Marie-Castille Mention- Schaar) y sera entourée par Lucie Zhang, Makita Samba et Jehnny Beth (Un amour impossible).

OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire de Nicolas Bedos

Jean- François Halin est toujours à l’écriture et Jean Dujardin devant la caméra mais, dans la foulée du succès et du César du scénario de La Belle Epoque, Nicolas Bedos prend le relais de Michel Hazanivicius pour le troisième volet des aventures d’OSS. Cap cette fois- ci sur les années 80-90 au cœur de la Françafrique postcoloniale avec notamment Pierre Niney et Vladimir Yordanoff (dans son ultime rôle) comme partenaires de jeu de Jean Dujardin.
« Exotisme. Aventure. Transgression » sont les trois mots qui définissent le mieux ce nouvel OSS selon son réalisateur. On est impatient de voir ça.


Petite maman de Céline Sciamma

On ne sait pas grand-chose de Petite maman, le prochain film de la réalisatrice de Portrait de la jeune fille en feu), sinon qu’il met en scène deux enfants de huit ans. Un retour aux sources forcément attendu pour la réalisatrice de Tomboy et la scénariste de Ma vie de courgette qui sait incontestablement raconter l’enfance.

S.O.S. Fantômes: L’Héritage de Jason Reitman

Plus personne n’y croyait, mais ils l’ont fait. Oublié, le reboot féminin de 2016 : Jason Reitman reprend la franchise de son papa Ivan pour une vraie suite de S.O.S Fantômes 2. L’histoire se déroulera de nos jours, alors que les ectoplasmes n’ont plus pointé le bout de leur nez depuis trente ans. On y suivra une mère célibataire fauchée (Carrie Coon) et ses deux enfants qui découvrent peu à peu l'héritage légué par leur grand-père. Paul Rudd, dans la peau d’un prof fasciné par les fantômes, leur servira de guide. Et pour la caution nostalgie, Bill Murray et Dan Aykroyd seront de retour. « C’est une lettre d’amour à Ghostbusters. J’ai grandi en regardant ces films. Je me considère comme leur tout premier fan », résume Reitman junior.

Suprêmes d’Audrey Estrougo

Audrey Estrougo (dont on découvrira aussi A la folie en 2021) plonge dans la France du début des années 90 et la genèse du groupe NTM dans ce qu’elle définit comme « un travail d'équilibriste entre biopic musical, histoire d'amitié, drame social et film de potes ». Avec en têtes d’affiche, deux jeunes comédiens déjà respectivement vus et aimés dans K contraire et Garçon chiffon, Sandor Funtek et Théo Christine.

Suprêmes NTM
Audrey Estrougo / Gianni Giardinelli / Sony Pictures Entertainment France


Three thousand years of longing de George Miller

Alors que l’on salive déjà tous à l’idée de voir le spin-off de Mad Max consacré au personnage de Furiosa, le grand George Miller dévoilera en 2021 le mystérieux Three Thousand Years of Longing, une « histoire d’amour épique » avec Tilda Swinton et Idris Elba, qu’il décrit comme un « anti-Mad Max ». 3000 ans de désir et plus que quelques mois de patience.

Tout s'est bien passé de François Ozon

Par quatre fois, il avait tenté sa chance avant de faire chou blanc. Sophie Marceau avait l’une après l’autre décliné toutes les propositions de François Ozon. Mais la persévérance du cinéaste a fini par payer. Car la comédienne viendra le rôle central de l’adaptation du roman d’Emmanuèle Bernheim qui avait coécrit avec Ozon Sous le sable, Swimming pool, 5x2 et Ricky. Disparue des suites d’un cancer en 2017, l’auteure racontait dans cet ouvrage paru en 2013 comment elle avait accédé à la demande de son père de l’aider à mourir après un AVC qui l’avait rendu diminué et dépendant. Une œuvre aussi intime qu’engagée dont l’adaptation stoppée net à cause du déclenchement de sa maladie était au cœur du bouleversant Être vivant et le savoir d’Alain Cavalier où elle tenait son propre rôle.

West Side Story de Steven Spielberg

Il faut avoir du cran pour refaire ce classique du cinéma américain au 10 oscars, le joyau du patrimoine mondial. Seul Steven Spielberg pouvait oser. Le réalisateur est reparti du livret de la production théâtrale écrit par Arthur Laurents et mis en musique par Leonard Bernstein avec Stephen Sondheim, créé en 1957 à Broadway. L’accent y était mis sur les problèmes raciaux et sociaux à travers l’affrontement entre les Jets et les Sharks. Tony Kushner
(scénariste de Munich et Lincoln) a, pour la version spielbergienne, réadapté la pièce en laissant une large part aux numéros dansés de Jérôme Robbins. Ansel Elgort incarnera Tony, tandis que le rôle de Maria sera tenu par une débutante repérée sur les réseaux sociaux, Rachel Zegler.

West Side Story
20 th Fox