Date de sortie 3 juillet 2019
Durée 109 mn
Réalisé par Benjamín Naishtat
Avec Darío Grandinetti , Andrea Frigerio , Alfredo Castro
Scénariste(s) Benjamín Naishtat
Distributeur Condor Distribution
Année de production 2018
Pays de production Argentine, France
Genre Thriller
Couleur Couleur

Synopsis

1975, une petite ville argentine. Un avocat célèbre a une altercation avec un inconnu qui se tue devant lui. Un événement tragique que l’avocat dissimule, comme d’autres actes. Les thèmes de la disparition et des non-dits sont au coeur de ce thriller graphique et angoissant. Troisième long métrage de Benjamin Naishtat, primé au festival de San Sebastian (meilleur réalisateur, meilleur acteur, meilleure photographie).

Offres VOD de Rojo

Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 4.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Rojo

Dernières News sur Rojo

Rojo : Un drame puissant [Critique]

Un film d’époque saisissant sur une Argentine qui s’apprête à sombrer dans la dictature.

Rencontre avec Benjamín Naishtat, le réalisateur de Rojo

"La période de la dictature résonne encore aujourd’hui".

Photos de Rojo

AFFICHE
Condor Distribution / Pucara Cine / Desvia / Ecce Films / Bord Cadre Films / Instituto Nacional de Cine y Artes Audiovisuales (INCAA)
AFFICHE
Condor Distribution / Pucara Cine / Desvia / Ecce Films / Bord Cadre Films / Instituto Nacional de Cine y Artes Audiovisuales (INCAA)
AFFICHE
AFFICHE

Rojo, affiche

Rojo, affiche

Rojo, affiche

Rojo, affiche

Critiques de Rojo

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Tout commence par une séquence de vingt minutes d’une incroyable intensité au terme de laquelle le titre apparaît en rouge sur fond noir. Un homme est paisiblement attablé dans un restaurant quand un autre survient et fait un scandale pour s’asseoir dans l’endroit bondé. L’homme tranquille lui cède sa place, non sans offenser le perturbateur par des paroles aussi blessantes que des coups de lame. Les deux antagonistes se retrouvent peu après dans la rue pour un affrontement fatal qui signe le début des emmerdes pour l’homme tranquille. Ce dernier, Claudio (formidable Dario Grandinetti) est avocat dans l’Argentine pré-dictatoriale de 1975. Un notable en apparence respectable, dont Benjamín Naishtat fait le symptôme des compromissions et de la duplicité de la classe dominante qui ont mené la junte au pouvoir. Claudio, comme ses congénères, méprise instinctivement le peuple, les rouges (« rojo », qui se réfère aussi au sang des futures victimes) ; il magouille sans l’ombre d’un scrupule, ou si peu ; ferme les yeux sur des disparitions inexpliquées, l’un des motifs récurrents et terriblement anxiogènes du film – un simple tour de magie se transforme en métaphore de l’atmosphère plombante de l’époque. Le tableau est sombre, traversé de ralentis ambigus qui disent à la fois la force et la fragilité du système. Après Historia del miedo, Naishtat confirme un formidable tempérament de conteur et de moraliste qui laisse le soin aux spectateurs d’apprécier les dérèglements subtils opérés dans ses récits mystérieux.