Cinematheque francaise
ANDBZ/ABACA

La plateforme de streaming va notamment contribuer à la restauration du mythique Napoléon d’Abel Gance.

Netflix poursuit sa vaste entreprise de séduction des cinéphiles français. Après avoir mis en ligne en 2020 des classiques d’Alain Resnais, David Lynch ou François Truffaut, le géant du streaming vient d’annoncer qu’il allait devenir mécène de la Cinémathèque française. Un mécénat qui se traduira notamment par une participation financière à la "reconstruction" du mythique Napoléon d’Abel Gance, chef-d’œuvre de 1927, ainsi que par l’organisation de projections événementielles et de rencontres.

La restauration de Napoléon dans sa version originelle de plus de sept heures, dite "Apollo", est un projet initié en 2008, sous l'impulsion du chercheur et réalisateur Georges Mourier. Le film, d’une ambition titanesque, révolutionnaire sur le plan technique, a beaucoup souffert depuis 1927 : les laboratoires Eclair Classics travaillent notamment à cette restauration en collectant et recollant des fragments d’images provenant du monde entier. Le soutien financier de Netflix (qui s’ajoute à ceux du CNC, d’un mécène privé et de la Fondation Napoléon) va s’avérer décisif pour que ce travail soit achevé d’ici à la fin 2021, "pour le bicentenaire de la mort de l’Empereur", précise Frédéric Bonnaud, directeur général de la Cinémathèque

Quant aux projections, rencontres et autres conférences, pas d’annonces plus précises pour le moment, mais elles s’inscriront dans un mouvement déjà initié ces dernières années : Martin Scorsese avait ainsi montré en avant-première son film Netflix, The Irishman, dans le temple de la cinéphilie, une avant-première virtuelle de Mank, de David Fincher, avait été organisée à l’automne dernier, ainsi que, quelques mois plus tôt, une master-class autour de la réalisation de la série The Eddy, avec Damien Chazelle, Houda Benyamina, Laïla Marrakchi et Alan Poul.

Notons que Netflix n’avait pas attendu d'ouvrir des bureaux en France pour témoigner de son engagement "patrimonial" : en 2018, la plateforme avait contribué à l’achèvement de De l’autre côté du vent (The Other Side of the Wind), légendaire film en lambeaux d'Orson Welles et Arlésienne cinéphile durant des décennies. En attendant, un jour, une rétrospective des meilleurs films Netflix dans la maison d’Henri Langlois ?

A lire aussi sur Première