La Vérité si je mens : Guillaume Depardieuet Gad Elmaleh étaient les premiers choix du réalisateur
AFMD/Abaca

Le premier a laissé sa place à Bruno Solo (puis à Richard Anconina) et le second a finalement joué dans la suite.

A l'occasion de la rediffusion de La Vérité si je mens !, à 21h05 sur W9, nous fouillons dans nos archives. En février 2001, la sortie du deuxième volet était imminente une partie de l'équipe, le réalisateur Thomas Gilou en tête, avait confié à Sophie Benamon les secrets de la création du premier film, qui avait cartonné 1996 au cinéma, dans Studio Ciné Live. Les rôles d'Eddie et de Dov avaient notamment été initialement offerts à Guillaume Depardieu et Gad Elmaleh. Le premier a refusé, mais a mis le réalisateur en contact avec Bruno Solo, qui a ainsi obtenu un autre rôle à l'écran, celui d'Yvan (comme son meilleur pote Yvan Le Bolloc'h, s'amusera-t-il), et le second a décidé de laisser sa place pour tourner un autre film... avant d'être rappelé pour la suite.

La vérité si je mens : Aure Atika se confie sur le tournage de la comédie

Voici un extrait de l'article consacré au casting de cette comédie devenue culte, qui a beaucoup évolué entre ce que le metteur en scène avait en tête en écrivant son scénario et son tournage : "Le casting a démarré. Premier embarqué  : Gad Elmaleh. Gilou va le voir au théâtre Trévise, où il joue son premier one-man show, pour lui proposer le rôle de Dov, un des feujs qui vont tendre la main à Eddie. "J'ai tout de suite accepté, se souvient-il. J'ai même commencé à travailler le personnage.' Seulement, voilà  : quelques semaines plus tard, la Gaumont lui propose... XXL ! 'Je n'ai pas pu résister. J'avais 25 ans et je me disais  : 'Jouer avec Depardieu, c'est la classe', alors j'ai refusé La vérité". Pour le remplacer, le directeur de casting, Bruno Lévy, pense à un jeune acteur auquel il a fait faire ses débuts dans Le péril jeune  : Vincent Elbaz. D'autres "espoirs" sont engagés dans l'aventure  : Amira Casar incarne Sandra, le jeune fille dont Eddie Vuibert tombe amoureux ; Aure Atika, celle qui fait craquer Dov ; et José Garcia, le souffre-douleur de la bande. Ils ne savent pas encore que La vérité si je mens ! va changer leur vie. Car la force du film est de mêler découvertes et acteurs plus connus utilisés à contre-emploi, comme Élie Kakou ou Anthony Delon.
Et Eddie Vuibert ? Sur le papier, le héros a 25 ans. Thomas Gilou et les producteurs ont dressé une liste des acteurs potentiels. Parmi eux, Guillaume Depardieu. Il préfère tourner Marthe de Jean- Loup Hubert. Bruno Solo est pressenti pour le rôle. Il n'a alors qu'un film et son expérience à Canal+ comme bagage. Qu'à cela ne tienne, il sera Eddie. Mais, en même temps, Richard Anconina reçoit le scénario de La vérité pour y faire une participation. "C'était un petit rôle où je devais prendre l'accent, expliquet-il. Ce n'était pas très intéressant. Mais j'ai eu un coup de coeur pour le scénario et j'ai dit aux producteurs que je m'identifiais plus à Eddie. Là, on m'a répondu  : 'Ce n'est pas possible ; Eddie n'est pas juif et toi, oui. '" "C'est vrai, explique Thomas Gilou, j'étais un peu dérouté. En même temps, dire que l'on se fout des origines, c'est aussi le message du film." "Oui, enfin, j'ai quand même argumenté pendant huit jours", souligne Anconina (qui propose même de tourner aux conditions de Guillaume Depardieu, plus un intéressement sur les recettes - ce qu'il ne regrettera pas !) "Pour moi, s'il y a quiproquo et qu'on prend Eddie pour un Juif, c'est que cela part aussi de quelque chose de concret. Et puis, des types bruns, latins et catholiques, il y en a plein !" C'est gagné ! Bruno Solo se retrouve donc sur la touche. Pas rancunier, il accepte de jouer Yvan, un personnage qui existait peu sur le papier mais qui prendra de l'ampleur durant le tournage.
J - 8 avant le premier clap et toujours pas de Patrick Abitbol, le nabab frimeur de la bande. Gilou désespère de trouver un acteur capable d'interpréter ce personnage sans être ridicule. 'Et puis, j'ai vu les essais de Gilbert Melki. Je l'ai trouvé hallucinant et j'ai dit  : 'On prend ce dingue et on verra bien.' Je ne savais pas que c'était un rôle de composition.'"

Et voilà comment l'équipe initiale de La Vérité si je mens ! a été formée. Voici sa bande-annonce :

Mash-up : Le Loup de Wall Street version La Vérité si je mens !