Titre original Be-Mong
Date de sortie 24 mars 2010
Réalisé par Kim Ki-duk
Avec Joe Odagiri , Kim Tae-hyeon , Lee Na-young
Scénariste(s) Kim Ki-duk
Distributeur Films sans frontières
Année de production 2010
Pays de production KR
Producteurs Kim Ki-duk
Genre Thriller

Synopsis

Jin se réveille après un cauchemar dans lequel il cause un accident de voiture en allant chez son ancienne compagne. Se rendant sur les lieux, il arrive sur la scène d’un accident identique à celui de son rêve.La police retrouve le chauffard grâce à une caméra de surveillance et se rend chez le suspect. Jin suit les enquêteurs sans vraiment comprendre ce phénomène dans lequel il se sent impliqué, mais sa curiosité le conduit à vouloir percer ce mystère. Confrontée à la police, Ran, la suspecte, nie toute accusation de délit de fuite, disant qu’elle a dormi toute la nuit alors même qu’une voiture accidentée est garée devant chez elle. Jin s’avance et leur dit que c’est lui qui devrait être arrêté puisqu’il était le conducteur dans son rêve et que celui-ci s’est déroulé exactement de la même manière que dans la réalité. La police prend Jin pour un fou et arrête Ran. Celui-ci fournit des preuves pour montrer qu’il a pu, d’une certaine façon, être présent dans cette scène.La police emmène Ran chez sa psychologue, qui confirme qu’elle souffre de somnambulisme depuis plusieurs semaines, au moment même où Jin a commencé à faire des rêves étranges. A travers cet inexplicable paradoxe, Jin et Ran découvrent une étrange corrélation entre eux : quand Jin rêve, Ran agit inconsciemment dans son sommeil.

Offres VOD de Dream

Pas d'offres actuellement.

Photos de Dream

DR

Dream

Casting de Dream

Kim Tae-hyeon
Ancien compagnon de Ran
JI-A PARK
Ancien compagnon de Jin

Critiques de Dream

  1. Première
    par Philippe Rouyer

    Kim Ki-duk (...) nous a donné l'habitude de changer d'univers et de style à chaque film. Or, cette diversité qui fait le charme de son cinéma en dessine aussi les limites quand, comme dans Dream, le concept choisi tourne court. La faute à une intrigue aussi ténue qu'embrouillée. Malgré la joliesse des interprètes et de nombreuses scènes se pose alors une question : fallait-il en passer par ces développements répétitifs pour finalement déboucher sur ce cliché du fantastique qu'est la remise en cause de la frontière entre rêve et réalité ?