Date de sortie 21 octobre 2015
Durée 82 mn
Réalisé par Simon Rouby
Scénariste(s) Julien Lilti, Simon Rouby
Distributeur Océan films
Année de production 2015
Pays de production France
Genre Film d'animation
Couleur Couleur

Synopsis

Adama, 12 ans, habite un village isolé d'Afrique de l'Ouest. Au-delà des falaises s'étend le Monde des Souffles, peuplé d'esprits belliqueux. Quand son frère aîné quitte brutalement le village, Adama part à sa recherche. Il traverse une Europe en guerre, avec l'énergie du désespoir et la poésie de l'enfance...

Offres VOD de Adama

Orange SD HD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
UniversCiné HD SD UniversCiné 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Adama

Dernières News sur Adama

Adama : animation, poésie et devoir de mémoire [critique]

Le film d'animation de Simon Rouby sera diffusé pour la première fois en clair sur France 4, ce soir.

Photos de Adama

Critiques de Adama

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    1916. Quand son frère aîné disparaît, Adama, jeune Africain, décide d’aller le chercher au-delà du "Monde des souffles". Son périple le mènera jusqu’aux tranchées françaises. Ce film d’animation ne ressemble à rien de connu, Simon Rouby mélangeant techniques traditionnelles et scans numériques pour donner l’illusion que des sculptures en terre cuite se mettent en mouvement. Le rendu, moins fluide que la 3D de Pixar, est proche du stop motion. Il s’en dégage un naturalisme poétique qui culmine dans les scènes de guerre, où l’horreur le dispute aux croyances tribales. Et Rouby d’évoquer le cas de ces étrangers morts héroïquement pour la France.

  2. Première
    par Christophe Narbonne

    1916. Quand son frère aîné disparaît, Adama, jeune Africain, décide d’aller le chercher au-delà du "Monde des souffles". Son périple le mènera jusqu’aux tranchées françaises. Ce film d’animation ne ressemble à rien de connu, Simon Rouby mélangeant techniques traditionnelles et scans numériques pour donner l’illusion que des sculptures en terre cuite se mettent en mouvement. Le rendu, moins fluide que la 3D de Pixar, est proche du stop motion. Il s’en dégage un naturalisme poétique qui culmine dans les scènes de guerre, où l’horreur le dispute aux croyances tribales. Et Rouby d’évoquer le cas de ces étrangers morts héroïquement pour la France.