DR

Alors qu’advient-il de Tony au bout du compte ?

Le 10 juin 2007, la chaîne américaine HBO diffusait le grand final d'une séries les plus cultes de l'histoire de la télévision américaine : Les Soprano. Après 6 saisons et 86 épisodes, le drama tant adoré par les fans et la critique prenait fin... d'une drôle de manière. Une ultime scène étonnante, abrupte, pleine de sous-entendus, et qui divise encore les fans aujourd'hui, 10 ans après.

Les meilleures fins de série de tous les temps

Dans ce dernier épisode intitulé "Made In America", Tony Soprano est assis, seul, dans un restaurant. Alors que le juke box commence à jouer Don't Stop Believing de The Journey, Carmela arrive et s'installe en face de son mari. Puis, Anthony Junior entre et se pose avec eux. On n'attend plus que Meadow, la fille, qui se gare juste devant. Alors qu'elle va pousser la porte du restaurant, son père lève les yeux et... plus rien. Écran noir. Tomber de rideau. Fin de l'histoire.

Oui, c'est brutal. Aussi belle et suggestive soit-elle, cette conclusion a frustré une bonne partie des téléspectateurs, qui se posent la même question depuis 10 ans : Tony est-il mort ce soir là, dans ce restaurant ?  Faut-il comprendre, avec cet écran noir, que le mafieux a pris une balle dans la tête et que tout s'est arrêté à cet instant ? La théorie a été largement partagée sur les forums, ces dernières années, appuyée par la structure de la scène, qui suggère clairement qu'on voit les choses, à travers les yeux de Tony. Si tel est le cas, l'écran noir est donc la métaphore de ce qu'il "voit", après avoir été tué. Dans cette théorie, Tony se serait fait dessouder par l'homme mystérieux, qui va aux toilettes quelques secondes avant...

Le créateur, David Chase, a donc choisi, volontairement, de laisser les téléspectateurs dans la même situation que son héros, comprenez dans le noir. En 2016, le magazine Vox publiait pourtant une réponse laconique, mais édifiante, du créateur, à cette grande question : "Non. Non, il n'est pas mort". Sauf que Chase, quelques jours plus tard, s'est empressé de démentir : "Le journaliste de Vox a déconstruit ce qu'avait dit David Chase en interview. Ecrire qu'il a dit "Tony Soprano n'est pas mort" n'est pas correct. Il faut considérer le contexte. Comme David Chase l'a dit à de multiples reprises, "Que Tony Soprano soit mort ou pas n'est pas important". Continuer de chercher une réponse définitive à cette question ne mène à rien. La scène finale de la série soulève une question spirituelle qui n'a pas de bonne ou de mauvaise réponse".

Alors non, au grand dam des fans, il n'y a pas de réponse définitive. D'ailleurs, Chase précisait l'an dernier, lors de sa Master Class au Festival Séries Mania, avoir "emprunté l’idée de la scène finale des Soprano à Stanley Kubrick. La séquence a la même structure que celle de 2001, Odyssée de l’espace, dans laquelle le personnage se voit vieillir dans un miroir dans une suite d’hôtel. Tony comprend qu’il a créé le film de sa propre vie."

DR

Un choix narratif qui fait sens et qui offre ainsi une fin mémorable à une série qui l'est tout autant. Mais qui laisse aussi, au passage, une tonne de frustrations et de questions sans réponses : Qu'est-il arrivé au Russe (de la saison 3) ? Tony avait-il l'intention de reprendre sa thérapie ? Les Fédéraux ont-ils vraiment retourné Carlo ? Pourquoi Hunter est-il réapparu après toutes ces années ?

Depuis que l'acteur James Gandolfini est tragiquement décédé d'une crise cardiaque, en juin 2013, on est sûr d'une chose : on ne saura jamais !