Date de sortie 17 décembre 2008
Durée 111 mn
Réalisé par Harmony Korine
Avec Diego Luna , Samantha Morton , Esme Creed-Miles
Scénariste(s) Harmony Korine, Avi Korine
Distributeur Shellac
Année de production 2007
Pays de production France, Grande-Bretagne
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Un sosie de Michael Jackson, seul à Paris, gagne chichement sa vie dans les rues de la capitale. Venu faire son numéro dans une maison de retraite, il y fait la connaissance d'un sosie de Marilyn Monroe, qui lui propose d'emménager dans une communauté peuplé d'autres sosies, en Ecosse. Lors du premier gala de cette dernière, organisée dans un château, "Michael" fait de nombreuses rencontres : Abraham Lincoln, le Petit Chaperon Rouge, la Reine d'Angleterre, le pape, Madonna, Shirley Temple, Charlie Chaplin...

Offres VOD de Mister Lonely

ARTE Boutique HD ARTE Boutique 3.99 € Louer
UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
ARTE FRANCE ARTE FRANCE 3.99 € Louer
Orange SD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter

Toutes les séances de Mister Lonely

Dernières News sur Mister Lonely

Photos de Mister Lonely

PRODUCTION / FILM4 / O'SALVATION / ARTE

MISTER LONELY (2006)

Casting de Mister Lonely

Diego Luna
Michael Jackson
Samantha Morton
Marilyn Monroe
Esme Creed-Miles
Shirley Temple
Denis Lavant
Charlie Chaplin

Critiques de Mister Lonely

  1. Première
    par Stéphanie Lamôme

    Avec une bonne dose de culture pop, associée à une poésie et une tendresse qui confinent à l’élégie, Korine livre une réflexion mélancolique sur la solitude et la foi – en Dieu, en autrui, mais avant tout en soi –, chapitrée par des titres de singles de Michael Jackson. Beat it, tout un programme... La mise en parallèle, au départ purement émotionnelle, de l’histoire des sosies et de celle des nonnes prend toute sa cohérence dans les dernières minutes du film, miraculeuses. Les éventuelles longueurs apparaissent alors bien plus comme des langueurs nécessaires à la construction impressionniste du film. Loin d’apporter une caution branchée bidon, la présence au casting de vieilles « idoles » comme Leos Carax, Werner Herzog ou Anita Pallenberg vient gonfler cet étrange défilé d’icônes où James Dean prend son petit déjeuner avec la reine Elizabeth en reluquant Shirley Temple. On sort de ce musée Grévin tristes et transportés, avec de la cire plein les doigts.