Toutes les critiques de La Vie invisible d'Eurídice Gusmão

Les critiques de Première

  1. Première
    par Thomas Baurez

    Un mélo « tropical » nous dit la communication de ce film brésilien remarqué et célébré lors du dernier Festival de Cannes (prix Un certain regard). C’est peu dire que les éventuels excès de romanesque s’assument ici pleinement. Reste à savoir si ce trop-plein parvient à créer une force propre à réveiller l’émotion du spectateur sans l’ensevelir sous les décombres du sentimentalisme. La Vie invisible d’Eurídice Gusmão est le genre de film qui avance sur le fil du rasoir et parvient, à l’aide d’une mise en scène aussi sobre qu’inspirée, à viser juste, d’autant plus que, la plupart du temps, son scénario s’en tient à une temporalité relativement resserrée et n’essaie pas de nous embobiner à coups d’ellipses convenues. Dans le Brésil des années 50, au cœur des faubourgs de Rio de Janeiro, deux sœurs issues d’un milieu populaire attendent tout ou presque de la vie. L’une se rêve pianiste concertiste en Europe quand l’autre espère trouver le grand amour. Si on se doute que les choses seront compliquées – qui plus est dans une société machiste –, la force du récit inspiré d’un roman de Martha Batalha est de raconter un double fantasme. Bientôt séparées, Eurídice et Guida imaginent chacune à distance la vie de l’autre. Cet espoir niché au coeur d’une infinie tristesse (quand reverrai-je cette sœur adorée accaparée par son merveilleux destin ?) leur donne la force de surmonter blessures et frustrations. Les deux actrices avancent dans cette intimité douloureuse sans jamais s’excuser de porter haut les émotions de leur personnage. Un ravissement.