Toutes les critiques de Goldeneye

Les critiques de la Presse

  1. Fluctuat

    Après un long coma de six ans, 007 revient, revu et corrigé sous les traits de Pierce Brosnan. D'emblée l'oeuvre ouvrant cette nouvelle ère, la plus déterminante de la série, affirme sa volonté de rupture et d'héritage. La fin de l'Histoire a eu lieu, le mur de Berlin est tombé, le bloc de l'Union Soviétique s'est disloqué, la révolution est désormais numérique et le blockbuster règne en maître sur l'économie cinématographique mondiale. Tout l'univers de James Bond semble alors loin, comme le souvenir d'une autre époque. Pourtant après un long coma de six ans, 007 revient, revu et corrigé sous les traits de Pierce Brosnan. D'emblée l'oeuvre ouvrant cette nouvelle ère, la plus déterminante de la série, affirme sa volonté de rupture et d'héritage. GoldenEye s'inscrit comme le film de l'intelligence et de la réflexivité post moderne où la conscience de soi ne cesse d'être exposée. Le monde a changé et avec lui tout l'univers de 007, il faut donc connaître et définir sa place. Personnage désormais décalé, d'un autre temps, d'autres moeurs (M, maintenant une femme, le dit sexiste et le considère comme un dinosaure), James Bond renaît donc au milieu de ruines, dans un entre deux. A l'image du générique d'ouverture et de sa rencontre avec Sean Bean au milieu des vestiges de l'ex Union Soviétique, Bond est ainsi resitué explicitement dans son époque, celle de l'après : après l'Histoire, après le cinéma. Les références fusent, le spectateur est complice, c'est tout James Bond qui avec humour et ironie est mis en abîme ou jugé. Que peut alors ce personnage pris dans un monde saturé d'une technologie sur laquelle il ne pourra plus avoir d'avance ? Affirmer justement son décalage en jouant comme avant avec l'histoire tout en se prostituant dans la surenchère visuelle et la vitrine technologique délirante. James Bond est un vestige peut-être, mais il est immortel. Quand il faut, il s'adapte, puise dans sa mythologie, l'actualise, la métamorphose. Il rejoue sa musique par variations et si l'époque le trompe, ce n'est pas de sa faute à lui.GoldenEye 1995 De Martin CampbellAvec : Pierce Brosnan, Izabella Scorupco, Sean Bean, Famke Janssen, Judi Dench - Lire le dossier James Bond de Flu