Date de sortie 15 février 2017
Durée 90 mn
Réalisé par Jon Nguyen, Rick Tyler Barnes, Olivia Neergaard-Holm
Distributeur Potemkine
Année de production 2016
Pays de production Etats-Unis, Danemark
Genre Film documentaire
Couleur Couleur

Synopsis

Dans son atelier, David Lynch peint (une activité qu'il a reprise après «Mulholland Drive»), fait écouter de la musique à sa petite fille, livre ses souvenirs d’enfance. Dans sa jeunesse, il intègre une école d’art à Boston dont il claquera la porte quelques mois plus tard. Il parle de ses sources d'inspiration, issues de souvenirs d'enfance : l’irruption en bas de chez lui, lorsqu’il était enfant, d’une femme désorientée, entièrement nue, la voisine annonciatrice d’Eraserhead qui singeait dans son jardin la gestuelle et les piaulements du poulet. Selon lui pour devenir artiste, il faut être entouré de personnes bienveillantes, qui encouragent à trouver son propre chemin...

Offres VOD de David Lynch : The Art Life

UniversCiné HD SD UniversCiné 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
VIVA HD VIVA 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de David Lynch : The Art Life

Critiques de David Lynch : The Art Life

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Aucune révélation sur la saison 3 de Twin Peaks n’est au menu de ce documentaire, néanmoins indispensable à tout fan de David Lynch qui se respecte. Depuis sa maison-atelier des hauteurs de Hollywood, sa superbe crinière blanche émergeant de la fumée des clopes qu’il fume à la chaîne, le réalisateur de Blue Velvet et Lost Highway se confie ici comme rarement, revenant sur ses années de formation, de son enfance idyllique dans l'Amérique de l'après-guerre au tournage d’Eraserhead. Ou comment un gamin de la middle-class décida, contre toute logique, de se consacrer à la « art life », la vie d’artiste – « fumer, boire du café et peindre », comme il le dit lui-même. Dans la bouche de Lynch, énoncé de sa voix nasillarde de gentil boy-scout un peu perché, n’importe quel souvenir, même le plus anecdotique, prend des teintes angoissantes et cauchemardesques, et ouvre sans crier gare sur des gouffres existentiels sans fond. Une femme nue qui surgit en pleine nuit dans une zone pavillonnaire, son père lui conseillant de ne jamais avoir d'enfant... Le cinéaste raconte dans le détail comment il a dû s’accrocher pour pouvoir s’adonner pleinement à sa passion, et ce récit initiatique prend la forme d’un road-trip américain, s’originant dans la pastorale du Midwest des fifties, passant par des années de vache maigre dans une Philadelphie ravagée par la paranoïa urbaine, pour aboutir à Los Angeles, enfin, où le soleil finira par « aspirer la peur ». Cerné par les ombres de la dépression et de la folie, ponctué d’images d’un Lynch apaisé (?) et cool peignant aujourd'hui avec sa petite fille, un document précieux, idéal pour attendre sagement le come-back de l’agent spécial Dale Cooper.

Dernières News sur David Lynch : The Art Life

L’autobiographie de David Lynch, L’Espace du rêve, sort en France

Le créateur de Twin Peaks fait une entorse à son goût du mystère et se livre comme jamais.