Alamode Film

À l'affiche de Mise à mort du cerf sacré, Colin Farrell nous a parlé des films qui l'ont marqué.

Arte proposera ce soir un joli film français, Les Héritiers, suivi de Mise à mort du cerf sacré, un drame de Yorgos Lanthimos, qui marquait les retrouvailles entre le réalisateur et l'acteur Colin Farrell, suite au succès de The Lobster. Lors de sa diffusion cannoise, en 2017, ce dernier s'était prêté au jeu du "film qui..." pour Première.

Le film qui ...

... vous a donné envie de faire ce métier ?

Le Kid de Cincinnati a été un tournant pour moi. Je revois parfaitement les visages de Steve McQueen et d’Edward G. Robinson, assis à cette table de poker. Je me souviens aussi clairement de Mission, que j’ai vu très jeune. Comme beaucoup d’acteurs, j’ai évidemment été influencé par De Niro dans Taxi Driver et Raging Bull... Sans oublier Marlon Brando dans Un tramway nommé Désir.  

... vous plie de rire à tous les coups ?

Je suis allé voir Mes meilleures amies cet été car tous les gens que je connais me l’avaient chaudement recommandé. Le film est vraiment réussi dans son ensemble, mais une scène en particulier a bien failli me tuer. Je n’arrivais plus à reprendre mon souffle tellement je riais... J’ai dû passer tout près de l’infarctus ! 

... vous procure le plus de plaisir coupable ?

Présentateur vedette, avec Will Ferrell, me vient à l’esprit. Mais je dirais Y a-t-il un pilote dans l’avion ? Dans le genre, on fait difficilement mieux. Ces mecs – Jim Abrahams et
les frères Zucker – étaient complètement fous. 

... vous a le plus marqué quand vous étiez gamin ?

E.T. C’est beau d’essayer, mais tout le monde sait qu’on ne produira jamais un divertissement aussi parfait. Les Goonies, Retour vers le futur... Le milieu des années 80 était une époque bénie pour ce type de cinéma. Il y avait une pureté dans le travail de Spielberg et de Zemeckis, un sens du merveilleux qui étaient tout simplement étourdissants. E.T. est le premier film que j’ai vu en salle. J’avais 7 ans et j’ai évidemment pleuré du début à la fin. J’étais ensorcelé, captivé... L’expérience m’a tellement chamboulé que je suis resté enfermé dans ma chambre pendant une semaine. 

Mise à mort du cerf sacré, une arnaque arty

... vous fait trop peur pour que vous le regardiez seul ?

Terreur sur la ligne, de Fred Walton. Même si le film s’essouffle sur la longueur, les vingt premières minutes sont les plus flippantes que j’ai jamais vues. Le concept est un peu éventé aujourd’hui mais, lorsque la police annonce à l’héroïne que le psychopathe qui la harcèle au téléphone appelle en fait de la maison où elle se trouve, bon sang... Cette réplique, « L’appel provient de votre domicile », m’a empêché de dormir pendant au moins quatre ans. 

... vous a fait tomber amoureux de son actrice ?

Le premier film que je me rappelle avoir regardé plusieurs fois est Certains l’aiment chaud, de Billy Wilder. J’étais dans un autre monde pendant deux heures, emporté par chaque virage de l’histoire, chaviré par chaque nuance des performances d’acteurs. C’est le film qui m’a fait aimer le cinéma et... Marilyn Monroe

... vous a le plus mis la honte quand vous l’avez regardé dans un avion ?

Il faut savoir que plus aucune législation ne s’applique une fois que vous êtes dans les airs. Vous avez toujours la bonne excuse du choix limité et vous pouvez aussi mettre ça sur le compte de l’altitude. (Rire.) Vu que j’ai peur en avion, il me faut le film le plus inoffensif possible, quelque chose qui va m’anesthésier l’esprit, comme Le Monde de Nemo. Bon, allez, j’avoue : j’ai récemment regardé une comédie romantique avec Miley Cyrus, et c’était parfait.

The Batman, Alexandre, Daredevil : Quand Colin Farrell s'amuse à changer de look

L'histoire de Mise à mort du cerf sacré : Steven, brillant chirurgien, est marié à Anna, ophtalmologue respectée. Ils vivent heureux avec leurs deux enfants Kim, 14 ans et Bob, 12 ans. Depuis quelques temps, Steven a pris sous son aile Martin, un jeune garçon qui a perdu son père. Mais ce dernier s’immisce progressivement au sein de la famille et devient de plus en plus menaçant, jusqu’à conduire Steven à un impensable sacrifice.

Bande-annonce :

A lire aussi sur Première

Le film qui... de Benicio del Toro

À l'affiche de Star Wars : Les Derniers Jedi, Benicio del Toro nous parle des films qui l'ont marqué.