"Fight the Power" : La danse coup de poing de Rosie Perez pour Spike Lee
Splendor Films

Retour sur la création de la scène d'ouverture inoubliable de Do the Right Thing, rythmée par le tube de Public Enemy.

À l'heure du confinement général, l'envie de danser vous démange ? Première vous propose de (re)voir quelques scènes dansantes cultes du cinéma et des séries télé...  Aujourd'hui, place à Rosie Perez qui boxe sur l'air de "Fight the Power", de Public Enemy en ouverture de Do the Right Thing, réalisé par Spike Lee en 1989.

RETRO - "C'est mon meilleur film " : il y a 30 ans, Spike Lee commentait Do the Right Thing

Si les séquences analysées jusqu'ici illustraient surtout le plaisir de danser, celle qui ouvre Do the Right Thing prouve que le cinéma peut aussi proposer des danses de contestation. Dès le départ, "Fight the Power" a d'ailleurs été conçu comme "un emblème de la rue", expliquait Hank Shocklee, un des membres du Bomb Squad (l'équipe de producteurs de Public Enemy) à The Guardian, en 2016. C'est le réalisateur qui a fait appel au groupe de hip-hop, déjà célèbre pour "Don't Believe the Hype" et "Bring the Noise". Il voulait un morceau choc pour ouvrir son film, qui donnerait le ton général de cette œuvre dénonçant les tensions raciales à New York durant un été caniculaire. "A l'époque, le rap, c'était un gros mot, analyse le producteur. Les stations de radio ne voulaient pas en diffuser et les Grammy ignoraient complètement son existence. (…) C'était le début de la culture hip-hop et personne n'y comprenait rien. Avec la crise économique qui frappait de plein fouet la communauté noire, tout le monde avait un proche qui se droguait, qui volait (…). La rue était laissée à elle même, abandonnée à tous les niveaux : par le gouvernement,  la région, la mairie. On devait se débrouiller pour tout. "Fight the Power" devait devenir l'emblème de la rue."

Il se souvient des discussions du groupe lors de la création du morceau pour imaginer un rythme énergique, aux percussions entêtantes, dont le message résonnerait partout. "Le titre devait dire : 'Je suis énervé, mais pas au point de vouloir détruire tout le monde. Non, je suis rempli d'une énergie qui va me pousser à réussir.' (…) 'Fight the Power' se différencie aussi par le fait qu'on ne cherchait pas à faire un morceau 'groovy', un truc hypnotique, car on en aurait perdu le sens : ça aurait pu donner une bonne chanson, mais pas un hymne." En plus des paroles engagées (certaines ont d'ailleurs fait scandale, notamment les critiques sur Elvis et John Wayne), le choix des samples devait également avoir un sens : "Les gamins n'écoutent pas seulement le rap, ils cherchent à reconnaître tous les samples et à s'identifier, à comprendre pourquoi on a choisi 'Funky Drummer', de James Brown, 'Sing a Simple Song', de Sly and the Family Stone ou 'I Shot the Sheriff', de Bob Marley. (…) Tout ce mélange donnait une sensation de chaos, on a tout fait pour que ce ne soit pas un titre monotone !"

Une fois "Fight the Power" enregistré, Spike Lee a filmé l'actrice Rosie Perez en train de danser dessus, de façon également très énergique. D'abord en robe rouge, elle enfile rapidement des gants de boxe. L'air déterminé, elle se lance dans une chorégraphie illustrant littéralement cette idée de combat. "Bien sûr que je me souviens de cette scène d'ouverture, tout le monde m'en parle !, expliquait-elle à Entertainment Weekly, en 2017. Je ne le referais pas aujourd'hui , même si j'en suis très fière. Je ne revois pas cette scène, car elle me fait craquer, je n'aime pas mon expression et ça me rappelle que le tournage a duré 8h. 8h à faire et refaire la même danse ! J'avais mal partout, j'en veux encore à Spike Lee ! (rires)."

A l'époque, Rosie était inconnue : le réalisateur l'avait choisie après l'avoir justement vue danser dans Soul Train, l'émission musicale culte présentée par Don Cornelius. Do the Right Thing était son premier film. "Elle était déchaînée !, se souvient le metteur en scène. A chaque prise, elle donnait le meilleur d'elle-même, jusqu'à ce qu'elle soit épuisée. A un moment donné, elle m'a dit : 'Spike, vire-moi, fais ce que tu veux, mais j'arrête, j'en peux plus !' C'était dans la boîte."

En plus d'utiliser le titre de Public Enemy dans son film, comme prévu, Spike Lee a réalisé le clip pour le groupe, qui a sorti "Fight the Power" au sein de l'album Fear of a Black Planet, en 1990.

Spike Lee : "Autant en emporte le vent a entretenu la mentalité raciste en Amérique"