Universal Pictures

L’association Promouvoir a gagné son procès contre la ministre de la Culture, peu après sa sortie au cinéma.

Promouvoir, une association proche des catholiques traditionalistes, a déposé un recours auprès de la cour administrative de Paris pour demander l’interdiction aux moins de 12 ans du film Cinquante nuances plus claires, avec Dakota Johnson, peu après sa sortie en salles, début 2018. "Ce que doit juger la cour, c’est si le fait de présenter un film au contenu adulte – puisqu’il s’agit de la suite de cette relation sado-masochiste- est proportionné à des enfants. C’est insensé que ce contenu soit vu par des enfants de sept ans. Il faut interdire au moins aux enfants de moins de 12 ans", justifiait à l’AFP André Bonnet, avocat et cofondateur de l’association.

Comment Dakota Johnson surmonte ses scènes de sexe dans Cinquante nuances plus claires

En 2015, lors de la sortie du premier volet de la saga, Cinquante nuances de Grey, l’association avait déjà demandé à ce que le film soit interdit aux moins de 12 ans. Sans succès. Mais en mars 2018, elle a eu gain de cause, la cour considérant que le film contenait "plusieurs scènes représentant des pratiques sexuelles à caractère sadomasochiste. Si ces scènes sont simulées et relativement brèves au regard de la durée du film, elles sont traitées avec complaisance et sont susceptibles d'être perçues par un très jeune public comme décrivant des pratiques banales dans le cadre d'une relation amoureuse." Elle considérait donc que "la ministre de la Culture a(vait) commis une erreur d'appréciation, au regard des exigences tenant à la protection de l'enfance et de la jeunesse", et que le visa devait passer en déconseillé aux moins de 12 ans pour la fin de sa distribution au cinéma, puis pour sa diffusion en VOD, DVD et blu-ray, et logiquement aussi à la télévision. C'est pour ça que ce dimanche, lors de sa première diffusion en clair sur TF1, le film aura bien le logo -12 sur l'écran. Un fait exceptionnel, puisque le CSA a fixé la programmation de programmes interdits aux moins de 12 ans à partir de 22h, que ce soir des longs métrages, des séries, des documentaires ou des magazines. Les chaînes ont droit de déroger à cette règle seulement quatre fois par an. C'est pour cette raison, par exemple, que la chaîne propose une version raccourcie et moins violente de Django Unchained, de Quentin Tarantino, quand elle diffuse ce western en prime time. Car à partir de "moins de 16 ans" (soit l'interdiction de Django au cinéma), impossible de dévoiler les programmes concernés avant 22h30.

 

Jamie Dornan : "Le SM ne me fait pas vibrer"

Cinquante nuances plus claires est le troisième et dernier volet de la saga. Les trois films ont engrangé plus d’un milliard de dollars dans le monde.

Bande-annonce :

Des films tous les jours de la semaine à la télé et dans les pages de pub