DR

Le chef-d’œuvre de Brian De Palma avait remporté le Grand Prix du Festival d’Avoriaz. 

Alors que Première fête actuellement ses 40 ans dans les kiosques, Carrie en fait de même dans le cœur des cinéphiles. Le film d’horreur culte de Brian De Palma - connu également sous le titre Carrie au bal du diable – avait séduit le jury du festival d’Avoriaz en lui décernant le Grand Prix avec une mention spéciale pour son interprète Sissy Spacek. Une première pour une actrice de films fantastiques. En 1977, Marc Esposito écrivait dans les colonnes du magazine Première :

"Les jurés du festival d’Avoriaz n’ont pas été insensibles à sa performance puisque pour la première fois, dans l’histoire du festival, un prix spécial a été accordé à une actrice. C’est ainsi que sous les vivats d’une salle unanime […] elle se leva timidement et alla jusqu’à la scène. Elle était aussi émue que Carrie dans le film. Mais cette fois, la fête ne fut pas gâchée par un méchant seau de sang…"

Les films de Brian de Palma classés du pire au meilleur

Si le film de Brian De Palma a propulsé Sissy Spacek au rang de star, il a aussi influencé fortement le cinéma d’horreur à tel point que la franchise Vendredi 13 s’en est même emparé pour son septième opus dans lequel une jeune fille dotée de pouvoirs télékinésiques affrontait Jason Voorhees, le célèbre tueur au masque de hockey. Un cross-over non officiel mais qui prouvait le degré de popularité du film dans les années 70/80. En 2013, un remake intitulé Carrie, la vengeance a également vu le jour avec Chloë Grace Moretz dans le rôle-titre. L’accueil réservé à cette refonte signée Kimberly Peirce (Boys don’t cry) avait été cependant beaucoup moins positif.

Adapté du roman éponyme de Stephen King, Carrie est un drame familial dans lequel une jeune adolescente surprotégée par sa mère, une extrémiste catholique névrosée, tente désespérément de se construire (à la manière des sœurs Lisbon dans Virgin Suicides de Sofia Coppola). Effrayée par la découverte de ses premières menstruations, ses camarades de classe lui font régulièrement subir des brimades jusqu’à la couvrir de honte. Mais c’est sans compter sur les mystérieux pouvoirs de Carrie qui vont permettre à la jeune fille de se venger lors d’une scène de bal effroyable.

On retrouve beaucoup d’éléments visuels chers à Brian De Palma dans ce film. Outre l’influence hitchcokienne du cinéaste qui n’est plus à démontrer notamment sur la manière d’appréhender le suspens, De Palma a eu recours à la fameuse technique du split-screen permettant d’apprécier la scène finale sous différents angles. Un leitmotiv qu’il expérimentait déjà dans Phantom of the paradise, précédent phénomène horrifique de Brian De Palma couronné d’un autre Grand Prix au festival du film fantastique d’Avoriaz de 1975.

Parmi les autres membres du casting de Carrie, on peut citer Piper Laurie dans le rôle de la mère indigne, John Travolta ou encore Amy Irving qui retrouvera le réalisateur deux ans plus tard pour Furie aux côtés de Kirk Douglas.

A l’heure actuelle, Brian De Palma travaille sur divers projets qui tardent à se concrétiser - son dernier film date de 2013 : Passion avec Rachel McAdams et Noomi Rapace. Quant à Sissy Spacek, elle incarne Sally Rayburn pour le petit écran dans la série Netflix Bloodline.