Toutes les critiques de Valentin, Valentin

Les critiques de la Presse

  1. A voir à lire
    par Frédéric Mignard

    Empruntant au whodunit, au suspense Hitchcockien, à la comédie romantique bobo, voire rohmérienne, et même le temps d’une scène à la comédie musicale, "Valentin Valentin" synthétise tout le savoir-faire d’un auteur qui maîtrise parfaitement les codes du cinéma d’auteur qu’il transcende avec fraîcheur et jubilation.

  2. Libération
    par Eric Loret

    Des adaptations de polars (Agatha Christie) signées Pascal Thomas, si elle est la plus désirante, "Valentin Valentin" est aussi la plus détraquée, violente, entre autres avec le personnage d’une voisine qui se tue à coups d’alcool. C’est aussi le plus décalé, par refus du décalage.

  3. TLC - Toute la Culture
    par La redaction de TLC

    Un vaudeville moderne qui semble inspiré et croustillant, mâtiné d’intrigue policière, et porté une bande-son virevoltante ainsi qu’un casting aux petits oignons !

  4. Télérama
    par Jacques Morice

    La galerie de portraits est volontiers pittoresque, chaque acteur composant avec un plaisir communicatif. L'intrigue policière ? Comme lorsqu'il adapte Agatha Christie, Pascal Thomas s'en moque un peu. Ce qui l'intéresse, c'est la comédie très humaine avec sa part de chagrin, de vie plus ou moins ratée, de croyance malgré tout dans un certain art de la civilité. Ce n'est pas grand-chose et c'est beaucoup à la fois. Ce serait idiot de s'en priver.

  5. Le Monde
    par La redaction du Monde

    Très vite, malgré le charme de la composition de Vincent Rottiers, malgré quelques belles idées de casting, on se repère plus facilement grâce aux incohérences ou aux outrances du scénario que par le mouvement naturel de l'intrigue et des personnages.

  6. Le JDD
    par Press du JDD

    Pascal Thomas façonne un puzzle attachant, foutraque, semé de bons mots. De quoi opposer une saine et joyeuse résistance à l'indifférence et au conformisme ambiants.

  7. Cinenews.be
    par Sophie Rizzi

    Un film policier avec un début qui part sur les chapeaux de roue mais qui malheureusement ne tient pas la distance. Très vite l’intrigue retombe comme un soufflé pour reprendre un peu de vie à la fin mais il est déjà trop tard, vous aurez déjà décroché. Un bon point toute fois pour l’humour qui rythme le film.

  8. Le Parisien
    par Hubert Lizé

    Que sauver de cette fresque abracadabrantesque, qui se veut débordante de fantaisie et lorgne du côté du polar comique ? Pas grand-chose, sinon l'interprétation des acteurs, Marilou Berry surtout, et aussi Marie Gillain, à croquer en bourgeoise nympho.

  9. Les Inrocks
    par Romain Blondeau

    Ce nouveau whodunit aligne sans passion les rebondissements de boulevard, mis en scène avec une nonchalance manifeste. Une galerie grossière de personnages (une femme alcoolique, une nympho hystérique), filmés sans la moindre note d’empathie.