Titre original Litigante
Date de sortie 19 février 2020
Durée 93 mn
Réalisé par Franco Lolli
Avec Carolina Sanin , Leticia Gomez , Antonio Martinez
Scénariste(s) Franco Lolli, Marie Amachoukeli, Virginie Legeay
Distributeur AD VITAM
Année de production 2019
Pays de production COLOMBIE
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

À Bogota, Silvia, mère célibataire et avocate, est mise en cause dans un scandale de corruption. À ses difficultés professionnelles s'ajoute une angoisse plus profonde. Leticia, sa mère, est gravement malade. Tandis qu'elle doit se confronter à son inéluctable disparition, Silvia se lance dans une histoire d'amour, la première depuis des années.

Offres VOD de Une mère incroyable

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Une mère incroyable

Photos de Une mère incroyable

GALERIE
Ad Vitam / Les Films du Worso / SRAB Films / Evidencia Films
GALERIE
Ad Vitam / Les Films du Worso / SRAB Films / Evidencia Films
GALERIE
Ad Vitam / Les Films du Worso / SRAB Films / Evidencia Films
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Carolina Sanin (Silvia)

Carolina Sanin (Silvia)

Personnages, Carolina Sanin (Silvia)

Personnages, Carolina Sanin (Silvia)

Carolina Sanin (Silvia)

Carolina Sanin (Silvia)

Critiques de Une mère incroyable

  1. Première
    par Sophie Benamon

    Elle ne veut pas. Au médecin qui lui annonce son cancer, Leticia, une septuagénaire revêche, dit non. Elle refuse le traitement. Sous l’oeil effaré de sa fille venue l’accompagner. Dès lors, à l’image de cette première scène choc, Franco Lolli développe dans Une mère incroyableles relations houleuses de ce duo : la mère, en fin de vie, au caractère bien trempé, interprétée par Leticia Gómez (la propre mère du réalisateur), et sa fille aînée, Sylvia, qui en plus de la maladie de sa mère, doit faire face à une accusation de corruption dans son travail et s’occuper seule de son fils. Franco Lolli, réalisateur colombien passé par la Fémis, dont il est sorti avec les félicitations du jury, dresse un portrait de femme complexe et audacieux, sans jamais céder à la facilité du mélo. L’animosité qui pimente les relations entre la mère et la fille ne se calme pas avec la douleur. Et quand Sylvia (épatante Carolina Sanin, par ailleurs écrivaine et féministe reconnue en Colombie) s’autorisera enfin une histoire d’amour, la mater familias mourante ne cessera de lui lancer des piques. Après Gente de bien, son premier film découvert à la Semaine de la critique en 2014, le cinéaste confirme un talent certain pour filmer le conflit. Il parvient à donner à un sujet difficile (la fin de vie) une vitalité extraordinaire. En dépit des querelles qui y règnent, le gynécée qui se réunit pour les derniers moments renvoie l’image d’un au revoir apaisé.