Titre original The Hate U Give
Date de sortie 23 janvier 2019
Durée 133 mn
Réalisé par George Tillman Jr
Avec Amandla Stenberg , Regina Hall , Russell Hornsby
Scénariste(s) Audrey Wells
Distributeur Twentieth Century Fox
Année de production 2018
Pays de production Etats-Unis
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Starr est témoin de la mort de son meilleur ami d’enfance, Khalil, tué par balles par un officier de police. Confrontée aux nombreuses pressions de sa communauté, Starr doit trouver sa voix et se battre pour ce qui est juste.

Offres VOD de The Hate U Give : la haine qu'on donne

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de The Hate U Give : la haine qu'on donne

Photos de The Hate U Give : la haine qu'on donne

AFFICHE
Twentieth Century Fox France / Fox 2000 Pictures / Temple Hill / State Street Pictures
AFFICHE
Twentieth Century Fox France / Fox 2000 Pictures / Temple Hill / State Street Pictures
AFFICHE
AFFICHE

The Hate U Give : la haine qu'on donne, affiche

The Hate U Give : la haine qu'on donne, affiche

The Hate U Give : la haine qu'on donne, affiche

The Hate U Give : la haine qu'on donne, affiche

Casting de The Hate U Give : la haine qu'on donne

Regina Hall
Lisa Carter
Russell Hornsby
Maverick «Mav» Carter

Critiques de The Hate U Give : la haine qu'on donne

  1. Première
    par Sylvestre Picard

    Starr, scolarisée dans un lycée privé (et seule Noire au milieu de Blancs de bonne famille), est confrontée à la mort de son ami d’enfance, flingué par un flic blanc. Alors que son quartier s’enflamme, on lui demande de témoigner au procès du policier, ce qui provoque la colère du gang de dealers locaux (dont faisait partie la victime). Empruntant son titre à un morceau de 2Pac (The hate U give little infants fucks everyone, formant l’acronyme thug life), The hate U give choisit la voie de la pédagogie et du bon sens pour canaliser la colère née du racisme. Et pour tracer le beau portrait d’une jeune fille qui s’éveille à la politique, héritière d’une génération violente (le meilleur rôle du film étant tenu par Russell Hornsby, dément dans le rôle du papa poule, ex-membre d’un gang). Le film réalise joliment son programme imparable, presque trop sagement, préférant l’éducation à la crémation de bagnoles. Passé inaperçu aux États-Unis (problème marketing ou les drames politiques sont-ils destinés à passer sous le radar à l’ère Trump ?), il s’inscrit aussi, en creux, dans une mythologie rap : George Tillman Jr avait consacré un biopic au rappeur Notorious B.I.G. dans lequel le rôle de Tupac Shakur était tenu par Anthony Mackie, ici génial dans la peau d’un chef de gang implacable. On se met alors à rêver au film sur 2Pac qu’aurait pu faire Tillman...