Toutes les critiques de Randonneurs Amateurs

Les critiques de la Presse

  1. Le Parisien
    par Pierre Vavasseur

    Randonneurs amateurs vaut surtout par la complicité entre les deux têtes d'affiche. Le film esquisse une réflexion sur la nature de l'amitié et l'usure du temps.

  2. Télérama
    par Frédéric Strauss

     ­Efforts, blagues : Robert Redford et Nick Nolte y mettent du coeur, de la ­légèreté et de la conviction.

  3. Le Monde
    par Thomas Sotinel

    Ici la rédemption de l’un (...) et de l’autre (...) passe par une série de gags convenus et de bien belles vues des Appalaches filmés comme s’ils s’offraient à la vue d’Alexis de Tocqueville.

  4. Culture box by france Tv
    par Pierre-Yves Grenu

    Un film sympathique mais qui manque de rythme, d’ambition et de créativité.

  5. Les Inrocks
    par Vincent Ostria

    Le hic majeur, c’est d’une part que tout paraît factice, y compris les souffrances ou les épisodes spectaculaires (comme l’attaque d’un ours), et d’autre part l’humour en rase-motte de l’ensemble, qui déçoit de la part d’un comédien classique tel que Redford.

  6. StudioCiné Live
    par Véronique Trouillet

    Robert Redford et Nick Nolte ne sont guère crédibles en marcheurs de l'extrême dans ce film où les pensées pseudo-philosophiques sur la vie et l'exploration de soi manquent de profondeur.

     

  7. Le JDD
    par Barbara Théate

    En voyant le premier (Robert Redford ndlr) tenter de faire le jeune sans jamais se salir les chaussures et le second (Nick Nolte ndlr) tellement bouffi et sans doute pas sobre avoir du mal à tenir debout, toute cette histoire ne nous semble pas franchement crédible.

  8. A voir à lire
    par Frédéric Mignard

    Le métrage long d’1h45, composé de dialogues patauds, de souvenirs partagés avec le poto un peu ours, joué par Nick Nolte, d’émotions folk, n’arrive pas à la hauteur des silences spectraux du glaçant All is Lost (...)

  9. L'Humanité
    par Vincent Ostria

    Récit mal dégrossi, mise en scène passe-partout et raccourcis simplistes. C’est dépourvu de cohérence et les personnages féminins sont tous sacrifiés. Médiocre balade.