Date de sortie 9 octobre 2019
Durée 86 mn
Réalisé par Diego Governatori
Distributeur New Story
Année de production 2018
Pays de production France
Genre Film documentaire
Couleur Couleur

Synopsis

Aurélien est charmant, mais il est tourmenté. Aurélien est volubile, mais il est solitaire. Aurélien se sent inadapté, mais il a tout compris. Aurélien est autiste. Filmé, il a délié sa parole, libérant un chant d'une intensité prodigieuse, un miroir tendu vers nous. 

Offres VOD de Quelle folie

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Quelle folie

Photos de Quelle folie

GALERIE
New Story / Les Films Hatari / Studio Orlando
AFFICHE
New Story / Les Films Hatari / Studio Orlando
GALERIE
New Story / Les Films Hatari / Studio Orlando
GALERIE
New Story / Les Films Hatari / Studio Orlando
GALERIE
New Story / Les Films Hatari / Studio Orlando
GALERIE
New Story / Les Films Hatari / Studio Orlando
GALERIE
New Story / Les Films Hatari / Studio Orlando
GALERIE
New Story / Les Films Hatari / Studio Orlando
GALERIE
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Aurélien Deschamps (lui-même)

Aurélien Deschamps (lui-même)

Quelle folie, affiche

Quelle folie, affiche

Aurélien Deschamps (lui-même)

Aurélien Deschamps (lui-même)

Aurélien Deschamps (lui-même)

Aurélien Deschamps (lui-même)

Aurélien Deschamps (lui-même)

Aurélien Deschamps (lui-même)

Aurélien Deschamps (lui-même)

Aurélien Deschamps (lui-même)

Aurélien Deschamps (lui-même)

Aurélien Deschamps (lui-même)

Aurélien Deschamps (lui-même)

Aurélien Deschamps (lui-même)

Critiques de Quelle folie

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Son ami depuis quinze ans, Diego Governatori consacre un documentaire à Aurélien, atteint du syndrome autistique d’Asperger. Et ce en lui donnant la parole pour qu’il raconte la rage qui l’anime, née de cette difficulté à incorporer les codes régissant les interactions sociales qui le condamne à une certaine solitude. Aurélien est volubile et Governatori capte la libération du chant de colère et d’espoir, toujours à bonne distance. Mais se révèle moins convaincant quand il s’essaie au symbolique : le parallèle entre ce qui se passe dans le cerveau d’Antoine et les taureaux qui déboulent dans les rues étroites de Pampelune lors des ferias est un brin balourd... Son geste cinématographique aurait mérité plus de radicalité ou de trouver une forme aussi convaincante que celle de Julie Bertuccelli dans Dernières Nouvelles du cosmos qui plongeait dans le quotidien d’une autiste devenue écrivain.