Date de sortie 28 juin 2006
Réalisé par Patrick Grandperret
Avec Hande Kodja , Céline Sallette , Gianni Giardinelli
Scénariste(s) Patrick Grandperret, Frédérique Moreau
Distributeur Pan Européenne Edition
Année de production 2006
Pays de production FR
Genre Drame
D’après l’œuvre de Maurice Pialat

Synopsis

Nina et Lizzy. Deux jeunes filles en quête d'amour et un peu fragiles. Et chaque instant qui passe, chaque rencontre leur ferme un peu plus les portes d'un monde dont elles n'ont pas les clés. Rien en poche, on ne va pas loin. Ou carrément trop loin.Deux

Toutes les séances de Meurtrières

Photos de Meurtrières

DR
PRODUCTION / FILMS DU WORSO
PRODUCTION / FILMS DU WORSO
PRODUCTION / FILMS DU WORSO
PRODUCTION / FILMS DU WORSO
PRODUCTION / FILMS DU WORSO
PRODUCTION / FILMS DU WORSO
PRODUCTION / FILMS DU WORSO
PRODUCTION / FILMS DU WORSO
PRODUCTION / FILMS DU WORSO
PRODUCTION / LES FILMS DU WORSO
PRODUCTION / LES FILMS DU WORSO

Meurtrières

MEURTRIERES (2005)

Film de Patrick GRANDPERRETHanke KODJA et le réalisateur

MEURTRIERES (2005)

Film de Patrick GRANDPERRETCéline SALLETTE et Hande KODJA

MEURTRIERES (2005)

Film de Patrick GRANDPERRETHande KODJA et Céline SALLETTE

MEURTRIERES (2005)

Film de Patrick GRANDPERRETHande KODJA et Céline SALLETTE

MEURTRIERES (2005)

Film de Patrick GRANDPERRETHande KODJA et Céline SALLETTE

MEURTRIERES (2005)

Film de Patrick GRANDPERRETCéline SALLETTE et Hanke KODJA

MEURTRIERES (2005)

Film de Patrick GRANDPERRETScène de film

MEURTRIERES (2005)

Film de Patrick GRANDPERRETCéline SALLETTE

MEURTRIERES (2005)

Film de Patrick GRANDPERRET

MEURTRIERES (2006)

Film de Patrick GRANDPERRETCéline SALLETTE et Hande KODJA

MEURTRIERES (2006)

Film de Patrick GRANDPERRETCéline SALLETTE

Critiques de Meurtrières

  1. Première
    par Olivier de Bruyn

    Le pouvoir de l'argent et celui du sexe: malgré son script chargé, Grandperret se garde bien d'admonester une édifiante leçon de choses. Il instaure une atmosphère étouffante, filme ses deux actrices (remarquables) au plus près de leurs émois et de leurs peurs primitives. Le film, sec et pourtant farouchement émotionnel, frappe juste et fort.