Date de sortie 13 février 2019
Durée 102 mn
Réalisé par Nathan Ambrosioni
Avec Noémie Merlant , Guillaume Gouix , Sebastien Houbani
Scénariste(s) Nathan Ambrosioni
Distributeur Rezo Films
Année de production 2018
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Charlie, bientôt 24 ans, mène une vie sans excès : elle se rêve artiste et peine à joindre les deux bouts.
Quand son frère vient la retrouver après douze ans d’absence, tout se bouscule. Vincent a 30 ans et sort tout juste de prison où il a purgé une longue peine. Il a tout à apprendre dans un monde qu’il ne connait plus. Charlie est prête à l’aider. C’est son frère après tout, son frère dont la colère peut devenir incontrôlable et tout détruire malgré lui.

Offres VOD de Les Drapeaux de papier

CANAL VOD HD SD CANAL VOD 4.99 € Louer 11.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 5.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Les Drapeaux de papier

Dernières News sur Les Drapeaux de papier

Nathan Ambrosioni : itinéraire d’un enfant doué

A 16 ans, il a envoyé par mail le tout premier scénario qu’il avait écrit, sans aucun contact avec le monde du cinéma. Trois ans plus tard, Les Drapeaux de papier sort en salles, précédé d’une rumeur favorable plus que justifiée. Récit d’un conte de fées devenu réalité.

Les Drapeaux de Papier : - Guillaume Gouix : "le cinéma, ça peut être de la guérilla"

Guillaume Gouix est le héros du premier film de Nathan Ambrosioni, un jeune réalisateur qui avait à peine 18 ans au moment du tournage. Il nous raconte cette expérience unique.

Photos de Les Drapeaux de papier

AFFICHE
Rezo Film / Sensito Films / Orage Films
AFFICHE
Rezo Film / Sensito Films / Orage Films
GALERIE
Rezo Film / Sensito Films / Orage Films / TSF Productions
GALERIE
Rezo Film / Sensito Films / Orage Films / TSF Productions
GALERIE
Rezo Film / Sensito Films / Orage Films / TSF Productions
GALERIE
Rezo Film / Sensito Films / Orage Films / TSF Productions
GALERIE
Rezo Film / Sensito Films / Orage Films / TSF Productions
GALERIE
Rezo Film / Sensito Films / Orage Films / TSF Productions
GALERIE
Rezo Film / Sensito Films / Orage Films / TSF Productions
GALERIE
Rezo Film / Sensito Films / Orage Films / TSF Productions
AFFICHE
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Les drapeaux de papier, affiche

Les drapeaux de papier, affiche

Les drapeaux de papier, affiche

Les drapeaux de papier, affiche

Noémie Merlant (Charlie), Guillaume Gouix (Vincent)

Noémie Merlant (Charlie), Guillaume Gouix (Vincent)

Noémie Merlant (Charlie)

Noémie Merlant (Charlie)

Alysson Paradis (Emma), Guillaume Gouix (Vincent)

Alysson Paradis (Emma), Guillaume Gouix (Vincent)

Noémie Merlant (Charlie), Guillaume Gouix (Vincent)

Noémie Merlant (Charlie), Guillaume Gouix (Vincent)

Noémie Merlant (Charlie), Guillaume Gouix (Vincent)

Noémie Merlant (Charlie), Guillaume Gouix (Vincent)

Guillaume Gouix (Vincent)

Guillaume Gouix (Vincent)

Guillaume Gouix (Vincent)

Guillaume Gouix (Vincent)

Guillaume Gouix (Vincent), Noémie Merlant (Charlie)

Guillaume Gouix (Vincent), Noémie Merlant (Charlie)

Critiques de Les Drapeaux de papier

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Il aura donc fallu seulement attendre février pour découvrir la première grande révélation française de cette année ciné 2019. Nathan Ambrosioni qui, du haut de ses 19 ans, nous offre ce premier long dont il assure et assume tout à la fois le scénario, la réalisation et le montage avec un refus de l’épate... assez épatant. Son récit débute par un retour. Celui de Vincent (Guillaume Gouix, impressionnant) chez sa sœur cadette, Charlie (Noémie Merlant, saisissante), qu’il n’a pas vue depuis douze ans. Le temps d’une longue peine passée derrière les barreaux. Forcément, elle peine à le reconnaître tant elle le connaît peu. Alors que lui, c’est le monde extérieur qu’il ne comprend plus. Et dès son entrée dans cette maison où Charlie vit chichement de son salaire de caissière, surgit une tension qui ne quittera plus jamais l’écran. Car Victor est une grenade dégoupillée, doté d’une capacité D’autodestruction infinie. Les Drapeaux de papier raconte son impossible reconstruction – en mode montagnes russes émotionnelles – seul avec sa petite sœur contre le reste du monde, puisque leur mère est morte et que leur père ne veut plus le voir. Dommage d’ailleurs que Nathan Ambrosioni ne soit pas allé au bout de cette logique et qu’il soit resté uniquement concentré sur ce frère et cette sœur qu’il filme si bien, au plus près des corps, au point de voir chaque battement de cœur qui s’accélère. La scène des retrouvailles avec le père est d’ailleurs la seule à sonner faux. La seule où le récit explicite ce qu’il avait parfaitement suggéré. Tant mieux : ça laisse une belle marge de progression.