Toutes les critiques de La Voleuse de Livres

Les critiques de Première

  1. Première
    par Gérard Delorme

    La Voleuse de livres est peut-être le premier film commenté en voix off par la Mort elle-même. Il faut dire qu’elle a de quoi faire dans cette adaptation d’un roman qui raconte, au fil d’un hiver dans
    l’Allemagne nazie, le parcours spirituel d’une orpheline analphabète vendue à un couple sans enfants (Geoffrey Rush et Emily Watson, très bien). Présenté de cette manière, ça peut paraître un brin sinistre, mais avec de la bonne volonté, un esprit optimiste y verra une apologie de la lecture comme source d’évasion et de connaissance dans un contexte terrible.

Les critiques de la Presse

  1. Chicago Sun Times
    par Richard Roeper

    Un des meilleurs films de l'année, avec une fin parfaite.

  2. Toutlecine.com
    par Pauline Hodbert

    Une adaptation réussie du roman La voleuse de livres, de Markus Zusak. Une réalisation poignante plongée dans un climat tendu.

  3. San Francisco Chronicle
    par Mick LaSalle

    Un film qui comporte quelques couacs, mais qui a le mérite de nous présenter la vie sous le régime Nazi sous un angle inhabituel.

  4. Culture box by france Tv
    par Jacky Bornet

    Les Cassandres reprocheront sans doute au film son manque de rugosité, et la texture un peu lisse de la reconstitution. Cela serait passer à côté du message profondément humaniste de cette histoire.

  5. Rolling Stone
    par Peter Travers

    De prime abord le scénario peut paraître un peu simplet, mais lentement et habillement l'étau se resserre comme le mal s'immisce dans la vie de cet enfant.

  6. Télé loisirs
    par Gwénola Trouillard

    Brian Percival signe un drame émouvant et juste. Préparez les mouchoirs!

  7. A voir à lire
    par Virginie Morisson

    Adapté d’un roman pour jeunes adultes écrit par l’auteur australien Markus Zusak en 2005, La Voleuse de livres se déroule au cœur de l’Allemagne, à l’époque où Adolf Hitler était célébré même dans les écoles et se méfiait de l’influence possible des ouvrages. Le résultat est une oeuvre scolaire, sans cesse guettée par le manichéisme.

  8. Télérama
    par Nicolas Didier

    Cette adaptation plutôt réussie d'un roman (pour enfants) reprend ce qui faisait la force du livre : le langage devient une forme de résistance à la barbarie nazie.

  9. Le JDD
    par Stéphanie Belpêche

    La Voleuse de livres raconte le destin malmené de Liesel (Sophie Nélisse) pendant la Seconde Guerre mondiale, et son émancipation par la lecture. Un éclairage original véhiculé par cette fable humaniste à la mise en scène classique, et sur laquelle plane un certain angélisme.

  10. Le Canard Enchainé
    par Jean-François Julliard

    Filmée à hauteur d'enfant, cette belle histoire ne connaît que le noir et le blanc. Moins candide et parfois moins sirupeuse, elle aurait pu franchir la pas qui sépare le récit sincère du conte édifiant.

  11. CinéBuzz
    par Redac CineBuzz

    La Voleuse de Livres est un film prenant qui met en valeur le jeu des acteurs. Drame oblige, on ne peut pas dire que tout se finit bien dans cette histoire. Néanmoins on en garde un souvenir ému. Il est en effet rare de trouver des films montrant la vie mouvementée d’une petite bourgade allemande à cette époque. De plus, la version originale possède un petit accent germanique assez dépaysant !

  12. Pariscope
    par Arno Gaillard

    Malgré quelques maladresses dans l’utilisation de la lumière et des décors, « La voleuse de livres » est un beau moment de cinéma qui nous fait partager la grande Histoire des petites gens.

  13. CinémaTeaser
    par Emannuelle Spadacenta

    Le film pourrait être le premier pas d’un jeune spectateur dans son apprentissage de l’Histoire.

  14. 20 Minutes
    par Caroline Vié

    Elle a treize ans, elle est canadienne et elle est devenue la nouvelle coqueluche d’Hollywood, Sophie Nélisse est l’héroïne de "La voleuse de livres" de Brian Percival, mélodrame mollasson dont elle constitue l’atout majeur.

  15. Positif
    par Gilles Ciment

    "La voleuse de livres" offre une surface lisse et sa narration sans aspérités est un brin longuette. Impeccablement interprété, il a tous les atouts d'un spectacle familial, mais aussi ses limites.

  16. Christian Science Monitor
    par Peter Rainer

    Un film intelligent quoiqu'un peu morne.

  17. Le Figaro
    par Marie-Noëlle Tranchant

    C'est un film pour les juniors, et il serait facile de lui reprocher une certaine joliesse, et une gentillesse certaine. Mais l'imagerie est intelligemment composée, entre conte et situations historiques que les parents pourront préciser et développer pour leurs enfants. Et surtout, La Voleuse de livres entrelace des thèmes profonds, qui n'ont rien de mièvre ni de puéril, opposant à la noirceur des événements l'esprit des mots, qui forgent la conscience, à la barbarie ambiante l'amitié et la bonté, qui sont la résistance du cœur.

  18. Washington Post
    par Stephanie Merry

    La voleuse de livre comporte des quelques scènes brillantes, dû en grande partie grâce à son casting. Mais le film cristallise la plupart des erreurs que l'on peut faire lors d'une adaptation d'un livre au cinéma.

  19. StudioCiné Live
    par Sophie Benamon

    Dans ce récit d'initiation où la littérature vient sauver à la fois une jeune orpheline et un juif caché, Brian Percival évite le pathos et donne un vrai sens éthique à sa fiction. Il n'évite malheureusement pas les fautes de goût (les acteurs parlent anglais avec un accent allemand...) et le film manque d'émotion, malgré la prestation tout en finesse de Geoffrey Rush et de sa jeune partenaire, Sophie Nélisse.

  20. Total Film
    par Peter Bradshaw

    Il est impossible de ne pas être touché par cette histoire, mais seul le casting sauve le film de la déception. Volez le livre plutôt !

  21. La Croix
    par Corinne Renou-Nativel

    Brian Percival parvient à émouvoir mais son adaptation, qui ne manque pas de souffle, apparaît trop classique et n’évite pas quelques dérapages sirupeux. Avec ses décors et costumes proprets, ses répliques en anglais mâtiné d’un accent allemand, sa reconstitution semble trop appuyée, dénuée de nuances, et le manichéisme guette.

  22. New York Daily News
    par Stephen Farber

    L'intention est là, mais vous risquez d'être déçu du résultat.

  23. Le Monde
    par Noémie Luciani

    Adapté d'un roman à succès pour jeunes adultes, La Voleuse de livres n'a en réalité que peu à voir avec les livres, au-delà du thème – assez joliment traité au demeurant – de l'apprentissage tardif de la lecture, présent seulement sur la première partie du film. (...) si Geoffrey Rush et la trop rare Emily Watson travaillent honorablement à enrichir la matière humaine du film, le tableau général qu'offre ce dernier reste très convenu, très insipide, souvent tenté par un manichéisme qu'il évite de justesse : trop propre pour se discréditer vraiment, trop scolaire pour émouvoir.

  24. Film.com
    par Jordan Hoffman

    Un film bien intentionné, mais embarrassant de sentimentalisme excessif.

  25. Ouest France
    par La rédaction de Ouest France

    L'émotion vient des interprètes Geoffrey Rush et Emily Watson. Et surtout la jeune Sophie Nélisse, une vraie révélation.

  26. Ici Paris
    par Betty Peyrade

    D’un best-seller pour jeunes adultes, Brian Percival a tiré un fi lm trop long et trop naïf sur un sujet peu abordé – la Seconde Guerre mondiale vue du côté d’un petit village allemand – qui méritait un regard plus aiguisé. Les événements tragiques comme La Nuit de cristal, l’embrigadement des jeunesses hitlériennes, les rafles s’enchaînent dans une rue proprette de conte de fées. Cette gentille guimauve est sauvée par Sophie Nélisse, radieuse amoureuse des mots.

  27. Ecran Large
    par Simon Riaux

    On ne vole pas beaucoup de bouquins ici. Juste votre temps.

  28. Critikat.com
    par Ariane Beauvillard

    Brian Percival parsème son film des "topoï", incarnés ou spatiaux, des images de la guerre, sans jamais tenter de remettre en cause le système de circulations de ces clichés cinématographiques ou même les grands cadres de ces derniers.

  29. Time Out
    par Joshua Rothkopf

    Là où le livre livrait un grain d'ironie intellectuelle - les mots trahissent une nation - le film le transforme en un drame larmoyant.

  30. Reel Film Reviews
    par James Berardinelli

    Un film soporifique.

  31. Village Voice
    par islam sekat

    La voleuse de livre est un film trop tiède pour avoir un quelconque impact.

  32. Les Fiches du cinéma
    par Isabelle Danel

    Dans cette reconstitution sans nuances, quelques jolis moments affleurent grâce à la jeune Sophie Nélisse.

  33. par Xavier Leherpeur

Signé par un des metteurs en scène de la série britannique "Downton Abbey", le film pâtit d’une reconstitution qui sent la naphtaline et d’une mise en scène à la fois grandiose et forcée. En revanche, dans le rôle-titre, la jeune Québécoise Sophie Nélisse est, du haut de ses 13 ans, simplement impressionnante.