Titre original Tarde para la ira
Date de sortie 26 avril 2017
Durée 92 mn
Réalisé par Raúl Arévalo
Avec Antonio de la Torre , Luis Callejo , Ruth Díaz
Scénariste(s) David Pulido, Raúl Arévalo
Année de production 2016
Pays de production Espagne
Genre Thriller
Couleur Couleur

Synopsis

Curro est le seul à avoir été arrêté pour le braquage d'une bijouterie, qui a fait un mort. Il sort de prison après avoir été purgé une peine de huit ans. Maintenant, il ne pense qu'à recommencer une nouvelle vie avec les siens, sa femme Ana et leur fils. Ana travaille dans un bar et rencontre par hasard José, homme solitaire qui ne parle pas beaucoup mais est très vite accepté et apprécié de la famille. Alors que Curro pensait reprendre une vie normale, rien ne va se passer comme prévu. Lui et ses autres amis braqueurs devront répondre de leurs actes...

Offres VOD de La Colère d'un homme patient

UniversCiné HD SD UniversCiné 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de La Colère d'un homme patient

Photos de La Colère d'un homme patient

Critiques de La Colère d'un homme patient

  1. Première
    par Vanina Arrighi de Casanova

    C’est le petit thriller qui a tout raflé aux Goya (à la barbe de J.A. Bayona), premier film du comédien Raul Arévalo, l’histoire simple d’une vengeance. Malgré une durée resserrée, Arévalo prend son temps pour entrer vraiment dans le vif du sujet et entretient longtemps le mystère sur son personnage principal et ses motivations. Une exposition qui absorbe la première moitié du film, au cours de laquelle José (Antonio de la Torre), l’homme patient (mais en colère), reste planté là, absent à lui-même et au monde qui l’entoure, absent même au début de la relation qu’il noue avec Ana (Ruth Diaz) dont le charme et les failles n’arriveront pas à bout de cette étrange impassibilité. Et puis le récit s’emballe, des flashbacks font craquer le vernis impénétrable de José qui passe enfin à l’action, et accomplit la vengeance qui l’a rongé pendant huit ans. Avec un certain style et des choix forts de mise en scène - le film est tourné en 16mm, format qui donne un aspect granuleux cradingue à l’image -, le cinéaste débutant signe un thriller épuré qui interroge les ravages de la souffrance chez un homme ordinaire.