Date de sortie 8 octobre 2008
Durée 108 mn
Réalisé par Karim Dridi
Avec Simon Abkarian , Marco Cortes , Raymond Adam
Scénariste(s) Karim Dridi
Distributeur Rezo Films
Année de production 2008
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Placé par mesure de protection dans une famille d’accueil, Marco, onze ans, fugue pour retrouver le camp gitan qui l’a vu naître. Rien ne semble avoir changé depuis son départ, les plongeons dans le chantier naval de l’Estaque, les parties de cartes nocturnes et les combats de coqs... Avec son cousin, le nain Tony, Marco rêve de faire fortune avec les combats de coqs. En attendant, il fait les quatre cents coups avec Coyote son ami d’enfance. Avec lui il rencontre Rachitique, un jeune Arabe d’une cité voisine. Très vite, le trio inconscient passe du vol de scooter au cambriolage de maison. Il a beau embrasser la petite main de fatma qu’il porte toujours autour du cou, la protection et le bonheur qu’elle est sensée lui apporter ne sont pas au rendez-vous.

Offres VOD de Khamsa

Imineo SD Imineo 3.99 € Louer 10.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter 0  € Abonnement
UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Khamsa

Photos de Khamsa

DR

Khamsa

Critiques de Khamsa

  1. Première
    par Isabelle Danel

    La question de l’appartenance hante le cinéma de Karim Dridi depuis Pigalle. Khamsa ne faillit pas à cette obsession en racontant le chemin semé d’embûches de Marco, gamin de 11 ans échappé d’un foyer pour revenir dans sa communauté, un camp de Gitans à Marseille. Le lieu est sans doute encore un peu plus délabré qu’à son départ, mais les rites d’enfance – plongeons, blagues, bagarres, invectives et rapines – sont les mêmes. Pourtant, Marco, gitan par son père et arabe par sa mère, morte alors qu’il était petit, ne trouve sa place nulle part. Ce portrait sur le vif et sans concession d’une communauté qui survit comme elle le peut mélange acteurs professionnels et personnages authentiques. Jamais esthétisant malgré la beauté des images en Scope, filmé à hauteur d’enfant, violent et dérangeant, Khamsa évite tous les voyeurismes et atteint une place de choix, quelque part entre Nobody Knows de Kore-Eda et Los Olvidados de Buñuel.