Titre original Shan He Gu Ren
Date de sortie 23 décembre 2015
Durée 131 mn
Réalisé par Jia Zhangke
Avec Zhao Tao , Zhang Yi , Liang Jing Dong
Scénariste(s) Jia Zhangke
Distributeur Ad vitam
Année de production 2015
Pays de production Chine, France, Japon
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Chine, fin 1999.Tao, une jeune  fille de Fenyang est courtisée par ses deux amis d’enfance, Zang et Lianzi. Zang, propriétaire d’une station-service, se destine à un avenir prometteur tandis que Liang travaille dans une mine de charbon. Le cœur entre les deux hommes, Tao va devoir faire un choix qui scellera le reste de sa vie et de celle de son futur fils, Dollar.Sur un quart de siècle, entre une Chine en profonde mutation et l’Australie comme promesse d’une vie meilleure, les espoirs, les amours et les désillusions de ces personnages face à leur destin.

Offres VOD de Au-delà des montagnes

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Au-delà des montagnes

Dernières News sur Au-delà des montagnes

Photos de Au-delà des montagnes

DR
Xstream Pictures / Shanghai Film Group / MK2 / Diaphana / Office Kitano / Arte France Cinéma
Xstream Pictures / Shanghai Film Group / MK2 / Diaphana / Office Kitano / Arte France Cinéma
Xstream Pictures / Shanghai Film Group / MK2 / Diaphana / Office Kitano / Arte France Cinéma
Xstream Pictures / Shanghai Film Group / MK2 / Diaphana / Office Kitano / Arte France Cinéma
Xstream Pictures / Shanghai Film Group / MK2 / Diaphana / Office Kitano / Arte France Cinéma

Mountains May Depart

Mountains May Depart

Mountains May Depart

Mountains May Depart

Mountains May Depart

Mountains May Depart

Casting de Au-delà des montagnes

Zhao Tao
Shen Tao
Zhang Yi
Zhang Jinsheng
Liang Jing Dong
Liang «Liangzi» Jangjung
Dong Zijian
Zhang «Dollar» Daole

Critiques de Au-delà des montagnes

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Mountains may depart est un film étrange, qui commence comme un film de propagande soviétique neuneu sur la chanson « Go West » des Pet Shop Boys, façon ironique pour Jia Zhangke de dire que l’occidentalisation de la Chine est un mirage aux effets pervers. On le vérifie aussitôt avec l’héroïne, très proche du pauvre Lianzi et ébranlée par le retour du flamboyant Zhang qui lui retourne la tête. Elle choisit les dollars promis par ce dernier à une vie de labeur aux côtés du premier. Son fils est prénommé Dollar. Bonjour la subtilité… Ca continue avec un divorce à sens unique, qui se solde par le retour au pays en solitaire de cette pauvre Tao, décidément peu en veine puisque Lianzi, marié et papa, se meurt d’un cancer des poumons consécutif à son métier de mineur. La porte de la salle n’est pas loin, on hésite à sortir.

    Puis, le film bascule lors des retrouvailles de Tao avec son fils de sept ans à l’occasion de l’enterrement du grand-père maternel. L’histoire devient alors celle de Dollar, gosse un peu triste qui a du mal à appeler « maman » cette étrangère aux nerfs fragiles. Le dispositif mis en place par Zhangke dévoile ses vraies intentions : il ne s’agit pas de faire le procès du capitalisme, mais une parabole sur la Chine d’aujourd’hui à travers le regard que porte Dollar, fruit de la mondialisation, sur Tao, pur produit local. Zhangke déplore la désagrégation des valeurs, le désamour national, le deuil des idéaux. Dans le dernier segment, admirable, situé dans un futur proche, il raconte l’exil, le malaise existentiel qui en découle, le manque de repères sur lequel il se construit. Dollar est grand, il ne sait plus qui il est. Une rencontre et son destin bascule. Ou pas. Pendant ce temps, Tao attend. Et nous, on retient notre souffle jusqu’au dernier plan, merveilleux.

  2. Première
    par Christophe Narbonne

    Dans la première partie du film, Jia Zhangke souligne à l’encre rouge les effets pervers de la mondialisation. Tao choisit le capitaliste flamboyant et décomplexé plutôt que l’incarnation du vieux modèle socialiste. Elle a faux sur toute la ligne et se fait punir de la pire des façons : son fils, Dollar (hum), lui est enlevé lorsqu’elle divorce de Zhang. Fin du premier chapitre qui ne laisse augurer rien de bon... Le réalisateur adopte alors le point de vue de Dollar, devenu grand, et le projet du film se dévoile : l’argument socio-politique n’est là que pour servir un mélo d’une ampleur et d’une ambition folles, qui traite de filiation maudite et de solitude aliénante. La transposition de l’intrigue dans un futur déshumanisé, vision foudroyante de mélancolie du cinéaste démiurge, achève d’emmener cet Au-delà des montagnes vers des cimes d’émotion.