DR

Au programme ce soir à la télévision : Roland Emmerich filme Jake Gyllenhaal face à une extinction climatique, la comédie musicale culte d'Adrian Lyne et un polar sous la glace hanté par le fantôme de Marilyn Monroe.

Le jour d'après de Roland Emmerich

Le climatologue Jack Hall découvre que le réchauffement de la planète va entraîner des bouleversements climatiques catastrophiques. Les autorités sont alertées mais trop tard. En Antarctique, une immense barrière de glace se disloque, Tokyo est victime d'une averse de grêle meurtrière, des ouragans ravagent Hawaï, la neige tombe pour la première fois sur New Delhi et des tornades dévastent Los Angeles. Pour le professeur Rapon, il n'y a pas de doute possible : ces phénomènes annoncent la venue d'un nouvel âge de glace. La catastrophe frappera la planète au cours d'une gigantesque tempête...

Spécialiste du film catastrophe et de la destruction à grande échelle, Roland Emmerich filmait en 2004 une catastrophe climatique planétaire dans ce Jour d'après inspiré du livre Le Grand Dérèglement du climat d'Art Bell et Whitley Strieber. Le résultat : un blockbuster aux ambitions écolos porté par Jake Gyllenhaal et Dennis Quaid, qui connut un énorme succès à travers le monde. Avec 544 millions de dollars de recettes, le film fut l'un des plus gros succès de l'année 2004, avec notamment la participation de la France, où Le jour d'après attira plus de deux millions et demi de spectateurs en salles.

Le jour d'après est diffusé ce soir à 20h50 sur France 4.

Flashdance d'Adrian Lyne

Le travail manque à  Pittsburg et Alex, une jeune fille rêvant de devenir danseuse se fait embaucher sur un chantier, mais le soir elle danse dans un cabaret. Sur les conseils de Nick, le directeur du chantier dont elle est tombée amoureuse et d’Hanna son amie et ancienne danseuse, Alex s’inscrit à  l’audition de l’Académie de danse. Elle reçoit enfin une convocation, son rêve va pouvoir se réaliser…

Comédie musicale culte, Flashdance a fait entrer au panthéon de la culture populaire quelques tubes : What a Feeling d'Irene Cara (Oscar de la meilleure chanson) et Maniac de Michael Sembello. Phénomène culturel inarrêtable (avec 200 millions de dollars de recette, le film a multiplié son budget par trente!), Flashdance n'a pas épargné la France : avec 4,1 millions d'entrées, le film avait fait presque autant l'année de sa sortie que Le Retour du Jedi ! 32 ans après, les déhanchés torrides de Jennifer Beals restent dans toutes les mémoires, marquant la naissance du style sulfureux de Lyne, qui enchaînera avec 9 semaines ½ et Liaison fatale. Avec son montage novateur et ultra-rythmé, Flashdance a su anticiper l'ère du clip musical, que le film a considérablement aidé à modeler et à populariser, sous l'impulsion notamment du génial Giorgio Moroder.

Flashdance est diffusé ce soir à 20h45 sur Arte.

Poupoupidou de Gérald Hustache-Mathieu

Il est parisien et l’auteur de polars à succès.Elle est l’effigie blonde du fromage Belle de Jura, la star de toute la Franche-Comté, persuadée qu’elle était, dans une autre vie, Marilyn Monroe... Quand ils vont se rencontrer à Mouthe, la ville la plus froide de France, lui est en panne totale d’inspiration et elle déjà morte. “Suicide probable aux somnifères” conclue la gendarmerie. David Rousseau n’y croit pas. En enquêtant sur le passé de Candice Lecoeur, il est sûr de tenir l’inspiration pour un nouveau roman...

C'est en hommage au célèbre I Wanna Be Loved By You de Marilyn que le cinéaste Gérald Hustache-Mathieu signait en 2011 son deuxième long-métrage, un polar glacé hanté par le fantôme de Monroe. Très bien reçu par la presse, le film avait notamment enchanté Première, qui déclarait à l'époque : "L’excellent Jean-Paul Rouve se dépasse, dans son rôle le plus complexe, tandis que Sophie Quinton explose dans celui d’une ravissante pas du tout idiote. Poupoupidou cache, sous son onomatopée rigolote, le I Wanna Be Loved by You qui le précède dans la célèbre chanson. Et, sous un humour ravageur, de magnifiques plages d’émotion".

Poupoupidou est diffusé ce soir à 20h50 sur Numéro 23.