DR

Pour bien démarrer la semaine, suiviez Tilda Swinton, Michael Jackson ou Jason Statham.

Julia d’Erick Zonca
En 2008, Julia marquait le grand retour d’Erick Zonca au cinéma, dix ans après La Vie rêvée des anges, qui avait reçu le César du meilleur film. Un road-trip à travers le désert américain porté par Tilda Swinton. Toujours excellente (elle a d’ailleurs été nommée aux César pour ce drame), la comédienne joue un rôle particulièrement fort ici, celui d’une femme en pleine crise de la quarantaine. Séduisante et drôle, elle cache en fait un lourd penchant pour l’alcool qui va lui faire peu à peu perdre pied. Jusqu’à ce qu’elle enlève un enfant et tente de passer avec lui la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique.

Un coup de cœur pour Première à sa sortie : « Malgré l'absence, Zonca n'a rien perdu de la fluidité de sa caméra. C'est donc avec une aisance surprenante qu'il nous embarque dès le premier plan, dans l'existence bancale de Julia. Zonca tire brillamment parti des aspects les moins connus des paysages variés de la région de San Diego, s'offrant le luxe de traîner dans le désert étouffant, dénonçant au passage le mur fragile qui se dresse entre le Mexique et le sud de la Californie. Son regard percutant nous manquait. »

 

 

Julia sera diffusé le lundi 20 juin à 22h25 sur Arte

Michael Jackson’s This Is It de Kenny Ortega
A quelques jours du septième anniversaire de sa mort, France Ô rend hommage à Michael Jackson en diffusant deux documentaires. Le premier, This Is It, raconte les coulisses de sa dernière tournée, celle qu’il était en train de préparer au moment de son décès. Le second, Bad 25, fête comme son nom l’indique les 25 ans de son album culte Bad. Très différents, ces deux projets reviennent sur le parcours exceptionnel de l’artiste. Construit de manière très classique, les interviews alternant avec des images d’archives, celui de Spike Lee est plus intime que celui de Kenny Ortega, qui insiste surtout sur prouesses physiques de Jackson lors des concerts, et le montre particulièrement impliqué dans leur création. Le résultat est dynamique et moins larmoyant que ce qu’on pouvait craindre au cours de sa promotion.

 « On pouvait raisonnablement redouter le pire dans le registre du pathos, du docu larmoyant. Et pourtant il n’en est rien. This is it nous emmène sur la scène avec Michael Jackson et nous propulse au cœur de la création et de l’œuvre d’un des rares véritables génies du XXe siècle. Parce qu’il représente la quintessence d’une époque, qu’il l’incarne, Michael Jackson trouve sa place dans le panthéon des grands hommes et ce « documentaire » de Kenny Ortega lui rend sans doute justice. Ceci même si on ne montre de l’artiste que ce qu’on veut bien montrer. Tout en retenue, parce qu’il ne livre pas de témoignages post mortem, le documentaire offre aussi une grande place à la musique qui suffit à elle seule à susciter l’émotion. Ni enquête, ni rétrospective, This is it n’est pas non plus l’hagiographie que l’on pouvait redouter. Il s’agit de donner un aperçu de ce que les concerts londoniens auraient pu être, un aperçu de ce que le mythe Michael Jackson était peut-être. »

This is it sera diffusé le lundi 20 juin à  20h50 sur France Ô

Braquage à l’anglaise de Roger Donaldson
Parmi les nombreux films d’action portés par Jason Statham, ce Braquage à l’anglaise sort du lot grâce à son scénario très bien ficelé. « En 1971, les services secrets anglais organisaient le cambriolage d’une banque par des malfrats afin de récupérer des photos compromettantes. En raison du secret d’État imposé ensuite à la presse, il a été impossible de faire la part du mythe et de la réalité. Stimulés par cette ambivalence, les auteurs de Braquage à l’anglaise ont comblé les trous et reconstitué leur propre version de l’affaire pour la porter à l’écran. Simple et méthodique, leur scénario distille, à un rythme régulier, action, rebondissements et explications. On n’est jamais perdus, la tension ne descend à aucun moment et chaque implication ou sous-intrigue trouve une résolution satisfaisante. Là-dessus, à la tête d’une brochette d’acteurs « brittons » qui s’amusent bien, Jason Statham trouve enfin un rôle qui le valorise. Résultat, le meilleur film de braquage depuis Ocean’s Eleven. »

Braquage à l’anglaise sera diffusé le lundi 20 juin à 21 sur D8 (suivi de Blitz, toujours avec Jason Statham)