Nom de naissance Pierre Etaix
Naissance (91 ans)
Roanne, France
Nationalité Français
Genre Homme
Profession(s) Réalisateur, Acteur, Dramaturge
Avis

Biographie

Pierre Etaix est un artiste complet né le 23 novembre 1928 à Roanne et célèbre pour ses films Le Soupirant, Yoyo, Tant qu'on a la santé, Le Grand amour et J’écris dans l'espace. Il est à la fois cinéaste, clown, dessinateur, gagman, affichiste et magicien. Initié à l'art du vitrail par le maître Théodore-Gérard Hanssen, il affiche déjà tout jeune son goût pour le dessin. Créatif et doué, il reçoit des encouragements de nombreuses personnes de son entourage dont le peintre cubiste Lotte, qui lui enseigne les premiers préceptes du troisième art. Entre temps, Pierre se découvre une autre passion, celle de la comédie. Il s’installe alors à Paris, où il vit d’illustrations et de représentations comiques dans des music-halls, des cabarets comme Le Cheval d’Or, Les Trois Baudets, A.B.C et l’Alhambra, Bobino et l'Olympia. Ainsi qu’au cirque avec le clown Nino.En 1954, sa rencontre avec Jacques Tati constitue un tournant dans sa carrière. Ce dernier l'engage comme dessinateur puis comme gagman et assistant de réalisation dans son film Mon oncle, en 1958, et pour son spectacle Jour de fête à l’Olympia en 1960. Pierre Etaix est également très influencé par le slapstick (cinéma comique du temps du muet). Ses références, sinon ses admirations, vont de Buster Keaton à Charlie Chaplin en passant par Laurel et Hardy.Premières réalisationsCes expériences cinématographiques auprès de Jacques Tati lui font découvrir le monde de la réalisation. Il commence d’abord par deux courts-métrages en 1961 : Rupture, récompensé par le prix Fipresci à Manheim et le Grand Prix du Festival Oberhausen, puis Heureux anniversaire qui remporte l’Oscar du Meilleur Court-métrage à Hollywood en 1963, le Grand Prix du Festival Oberhausen en 1962, le Prix Simone Dubreuilh à Mannheim en 1962, le Prix du Meilleur Film de court-métrage au British Film Academy à Londres en 1963 et la Mention spéciale à la Semaine Internationale des Films à Vienne en 1963. Les deux films ont été réalisés en collaboration avec Jean-Claude Carrière.Par la suite, c’est au long-métrage que l’artiste s’attaque. Son premier : Le Soupirant, en 1962, lui a permis de décrocher le Prix Louis Delluc, le Prix du Film Comique à Moscou et le Grand Prix du Festival International d’Acapulco en 1963. Suivront ensuite quatre autres films qui lui vaudront encore des récompenses toutes aussi prestigieuses : Yoyo (un vibrant hommage au monde du cirque qui le fascine), vainqueur du Grand Prix OCIC Festival International de Venise en 1965 et du Grand Prix de la Jeunesse Cannes en 1965 ; Tant qu’on a la santé, Sirène d’argent au Festival International de Sorrente et Concha d’argent au Festival International de San Sébastian ; puis Le grand Amour, Grand Prix du Cinéma Français, Grand Prix de l’Office Catholique au Festival de Cannes et Prix d’interprétation au Festival International de Panama. Pour ce dernier film le réalisateur s'adjoint de nouveau les services de son comparse Jean-Claude Carrière.Retour au cirqueEn 1969, il réalise Pays de cocagne, un film tourné en 16mm qui se heurte à l'hostilité de la critique. Le public n’est pas conquis par sa vision enchantée de la société de consommation au lendemain de Mai 68.Trois années plus tard, Pierre Etaix reprend ses numéros comiques en tant qu’auteur et interprète du spectacle A quoi on joue, au théâtre Hébertot. Il reçoit le Prix de la Société des Auteurs et, l’année d’après, en 1973, il décide de fonder avec Annie Fratellini, sa femme, l’Ecole Nationale de Cirque. Il se produit alors essentiellement en clown blanc, en compagnie de sa femme, durant les tournées.Pierre Etaix se lancera encore dans divers projets et recevra encore des récompenses. Au début des années 80, il sort sa première pièce de théâtre : L’Age de Monsieur est avancé, pièce hommage à Sacha Guitry et à l'art du théâtre. L’œuvre rencontre un tel succès qu’elle est adaptée à la télévision en 1987. Il y reprend lui-même son rôle aux côtés de Nicole Calfan et Jean Carmet.En 1988, à la demande de la Sept, il réalise un court-métrage en images de synthèse, Rêve d'artiste ou le cauchemar de Méliès, avec Christophe Malavoy, s'inscrivant dans une soirée thématique en hommage à George Méliès. Il réalise aussi le feuilleton Rapt de la série Souris noire qui obtient le FIPA d'argent.Dernière réalisationDeux années après, il réalise son premier film en format omnimax, J’écris dans l’espace, pour la Géode de la Villette. Cette commande lui est passée à l'occasion de la célébration du Bicentenaire de la Révolution française, avec pour sujet imposé l'invention du télégraphe. Le scénario est de nouveau co-écrit avec Jean-Claude Carrière. Ce film sera le dernier de sa carrière.Etaix écrit bien plusieurs scénarios (B.A.B.E.L., Aimez-vous les uns les autres ?, Nom de Dieu et Fôst) mais tous sont refusés systématiquement par les producteurs sollicités. Le scénario de B.A.B.E.L. est co-écrit avec Christian Rolot et Francis Ramirez pour son ami de toujours, Jerry Lewis, et lui-même, mais le projet ne pourra jamais voir le jour (sont invoqués le coût du film, la désaffection du public pour Jerry Lewis, etc.)Il demeure le seul représentant du Slapstick en France, initié par Max Linder et pratiqué par des personnalités telles que Buster Keaton, Harold Lloyd, Harry Langdon, Charlie Chaplin et Laurel et Hardy.Etaix acteurMais si Pierre Etaix a mis un terme à sa carrière de réalisateur, il n'a continué sa carrière d'acteur, malgré une pause durant les années 90. Ainsi, outre ses rôles dans ses propres films, les spectateurs ont pu le voir dans les films Tire au Flanc 62 (Claude de Givray - 1960), Une Grosse tête (id - 1962), Le Voleur (Louis Malle - 1966), Les Clowns (Federico Fellini - 1971), The Day the Clown cried (Jerry Lewis - 1972), Bel Ordure (Jean Marboeuf - 1973), Sérieux comme le plaisir (Robert Benayoun - 1974), Max mon amour (Nagisa Oshima - 1985), Henry et June (Philip Kaufman - 1989) puis durant les années 2000 dans Le Fabuleux destin d'Amelie Poulain (Jean-Pierre Jeunet - 2001), Jardins en automne (Otar Iosseliani - 2006), Lucifer et moi (Jacques Grand-Jouan - 2008), Chantrapas (O. Iosseliani - 2010) et Le Havre (Aki Kaurismaki - 2011).En 2012, après avoir sorti son Intégrale Pierre Etaix, il retrouve la piste du cirque Bouglione et son personnage de Yoyo tandis qu'en janvier 2013 il est promu au grade de Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2015 En Pleine Forme (court-métrage) Réalisateur, Scénariste -
2015 Chant d'hiver Acteur le marquis-clochard
2012 Chaplin, Keaton, Étaix et ses pairs Réalisateur -
2011 Le Havre Acteur le docteur Becker
2010 Intégrale Pierre Etaix Réalisateur -

Stars associées