Nom de naissance SOLAS
Genre Homme
Avis

Biographie

Associé depuis le début à l'ICAIC, fondé par la révolution, il combine la formation obligatoire à l'école documentaire avec des incursions fictionnelles, voire expérimentales. Le moyen métrage Manuela (1966) s'impose aussi bien par la sensibilité et l'originalité de son portrait de femme (une jeune paysanne de la guérilla castriste) que par la justesse de sa mise en scène. Manuela annonce ainsi Lucía (1968), un des sommets du cinéma cubain. Lucía est un long métrage comprenant trois épisodes autour de trois personnages féminins de différentes époques et milieux sociaux : une aristocrate créole entraînée dans la résistance patriotique contre les Espagnols (au XIX siècle), une jeune petite-bourgeoise engagée dans la lutte contre la dictature de Machado (années 30) et une fougueuse paysanne contemporaine, après le triomphe de la révolution, en butte à la jalousie d'un mari effrayé par l'autonomie de la femme. Trois styles de mise en scène fort différents, adoptés avec une aisance et une inspiration équivalentes, composent un retable baroque, nuancé, dialectique, dont la virtuosité n'entame pas un profond attachement aux personnages. L'articulation des épisodes souligne la permanence d'une problématique féministe, y compris au sein de la société socialiste, avec une franchise et un brio qu'on ne retrouve pas par la suite avant Retrato de Teresa (Pastor Vega, 1979). Un día de noviembre (1972) prolonge et approfondit ces inquiétudes quant aux dilemmes du castrisme, ce qui vaut à son film le plus personnel de rester interdit pendant plusieurs années. Le goût de Solás pour le baroque visuel est encore évident aussi bien dans ses documentaires (Simparelé, 1974 ; Wifredo Lam, 1978) que dans sa contribution au martyrologe latino-américain (Cantata de Chile, 1975). Le monumental et controversé Cecilia (1982), d'après le feuilleton classique de Cirilo Villaverde, pousse les recherches de Solás encore plus loin, car l'imagerie est imprégnée d'une mythologie collective, d'origine afro-cubaine, et le metteur en scène y adopte un romantisme débridé, dans la lignée du très expressionniste premier sketch de Lucía, mais en plus somptueux. Malheureusement, ces fulgurances s'accordent mal avec un montage et même une réalisation marqués par les impératifs de la télévision, à laquelle le film est aussi destiné. Hélas, Amada (1983) n'en retient que l'aspect figé déjà perceptible dans Cecilia, sans les qualités grâce auxquelles Humberto Solás occupe une place à part dans le cinéma cubain. Il réalise en 1986 Un hombre de éxito qui évoque l'itinéraire parallèle de deux frères engagés dans la lutte contre la dictature de Machado, au cours des années 30 jusqu'à la victoire de Fidel Castro, un quart de siècle plus tard. Après Obataleo (CM, 1988), il adapte en 1992 l'uvre d'Alejo Carpentier le Siècle des Lumières (El siglo de las Luces), une façon de s'interroger sur le destin des Révolutions. Après une longue parenthèse, il signe Miel para Oshún (2001).

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
1968 Lucia Réalisateur, Scénariste -
1966 Manuella Réalisateur -

Stars associées