La cité de la peur : cinq choses que vous ne savez pas (encore) sur la comédie culte des Nuls
AMLF

"On peut revoir mille fois un même film..."

Dominique Farrugia a lui-même partagé l'info sur Twitter : après avoir été programmé sur MyCanal dès cette fin d'année 2018 ("Je suis hyper content !", a commenté l'interprète de Simon Jérémi), La Cité de la peur arrivera sur Netflix dès demain, le 1er janvier 2019, puis la comédie culte d'Alain Berbérian sera disponible en blu-ray quelques mois plus tard, afin de fêter comme il se doit les 25 ans de sa sortie au cinéma. Précisément en mai... en plein festival de Cannes ? Notons qu'elle devrait au passage être à nouveau rediffusée sur grand écran.

La Cité de la peur : cinq choses que vous ne savez pas (encore) sur la comédie culte des Nuls

Sortie en mars 1994, La Cité de la peur a marqué des générations de spectateurs adeptes de l'humour des Nuls : de son acteur raté qui vomit quand il est content à son attachée de presse malmenée Odile Deray (Chantal Lauby) en passant par son garde du corps que rien n'arrête, pas même des problèmes intestinaux (Alain Chabat), elle a marqué les esprits avec ses personnages déjantés. Ses répliques, absurdes à souhait, sont rapidement devenues rapidement cultes, du "serial killer, tin !" à "l'aréoport".

C’est quoi "l’humour Chabat" ?

Son pitch ? "Odile Deray, attachée de presse, vient au Festival de Cannes pour présenter le film "Red is Dead". Malheureusement, celui-ci est d'une telle faiblesse que personne ne souhaite en faire l'écho. Mais lorsque les projectionnistes du long-métrage en question meurent chacun leur tour dans d'étranges circonstances, "Red is dead" bénéficie d'une incroyable publicité. Serge Karamazov est alors chargé de protéger le nouveau projectionniste du film..."

Bande-annonce :

A lire aussi sur Première

D’où vient la Carioca immortalisée dans La Cité de la peur ?

Alors qu’une pétition demande à ce qu’Alain Chabat et Gérard Darmon viennent danser la Carioca lors du prochain Festival de Cannes pour fêter les 25 ans de La Cité de la peur, retour sur les origines d’une chorégraphie et d’une chanson.