Witness - Harisson Ford et Kelly McGillis
Paramount Pictures

Ce thriller dans la communauté amish, seule nomination à l’Oscar d’Harrison Ford, est à l’honneur ce soir de « Place au cinéma » sur France 5, présenté par Dominique Besnehard

Un projet de longue haleine

Witness met en scène l’inspecteur John Book dont une enquête sur un meurtre le conduit à se réfugier dans la communauté amish à laquelle appartient le seul témoin de cet assassinat. Mais si le film sort en 1985, son scénario, inspiré par un épisode de la série Gunsmoke traînait depuis longtemps à Hollywood. Quand Edward S. Feldman décide de le produire, il a alors pour titre Called home (qui signifie « mort » en amish) et fait encore 182 pages. Il commande une réécriture de l’histoire en sacrifiant de nombreux passages uniquement consacrés à la tradition amish pour en renforcer l’aspect thriller. Et après seulement 6 semaines de travail, Feldman va voir la Fox avec qui il a alors un accord de développement. Mais la Fox le rejette instantanément en lui expliquant que sa politique de production excluait tout film « rural » ! Et ce quelle que soit l’acteur en haut de l’affiche. Et Feldman reçoit dans la foulée de nombreux refus d’autres gros studios avant que la Paramount ne donne son feu vert.

Un projet passé par les mains de plusieurs réalisateurs

Witness est le tout premier film américain de Peter Weir, cinéaste australien, alors déjà auteur de quatre longs métrages dont L’Année de tous les dangers qui lui avait valu une première reconnaissance internationale avec une sélection au festival de Cannes. Mais il n’était pas le premier choix de la Paramount qui contacte d’abord David Cronenberg (qui vient de signer coup sur coup Videodrome et Dead Zone) et John Badham (qui vient de cartonner avec WarGames). Mais les deux déclinent. Feldman, lui, pense depuis le début au futur réalisateur du Cercle des poètes disparus. Mais Weir, alors en pleine préparation de Mosquito Coast, décline à son tour. Jusqu’à ce qu’en manque de fonds pour aller alors au bout de son projet, il finisse par accepter.

Sylvester Stallone aurait dû en être le héros

Nombreux sont les acteurs qui furent envisagés pour le rôle de John Book. Et non des moindres. Sylvester Stallone fut le premier et répètera longtemps que refuser d’incarner ce personnage fut une des pires décisions de sa carrière. Puis Mel Gibson, Clint Eastwood, Richard Gere et Jack Nicholson déclinèrent à sa suite. Et allaient donc permettre à Harrison Ford de devenir John Book avant de retrouver dans la foulée Peter Weir dans Mosquito Coast.

Les débuts à l’écran de Viggo Mortensen

S’il fait du théâtre depuis le début des années 80, les premiers rapports de Viggo Mortensen avec le cinéma furent compliqués. Il tourne en effet dans Swing shift de Jonathan Demme puis La Rose pourpre du Caire de Woody Allen mais se retrouve à chaque fois coupé au montage. Et c’est donc avec un rôle de jeune Amish dans Witness que le futur Aragorn du Seigneur des anneaux apparaît pour la première fois à l’écran. Il devra cependant attendre 6 ans et The Indian runner de Sean Penn en 1991 pour se faire vraiment remarquer.

La seule nomination aux Oscars d’Harrison Ford

Dans une cérémonie des Oscars 1986 dominée de la tête et des épaules par Out of Africa de Sydney Pollack, Witness repart cependant avec deux statuettes pour son scénario et son montage. Et parmi ses 6 autres nominations, on en retrouve une historique : la seule de toute la carrière de Harrison Ford ! Mais c’est William Hurt qui est reparti avec l’Oscar pour Le Baiser de la femme- araignée.

A lire aussi sur Première

Cinq choses à savoir sur L’Argent

L’ultime long métrage de Robert Bresson est à l’honneur ce soir de « Place au cinéma » sur France 5, présenté par Dominique Besnehard

Cinq choses à savoir sur Un sac de billes

L’adaptation du best- seller de Francis Joffo sigbée Jacques Doillon est à l’honneur ce soir de « Place au cinéma » sur France 5, présenté par Dominique Besnehard