DR

Ce qu’il faut voir ou pas cette semaine.

L’ÉVENEMENT

MOI, MOCHE ET MÉCHANT 3 ★★☆☆☆
De Pierre Coffin et Kyle Balda

L’essentiel
Le film de trop ? Le troisième volet de la franchise Ilumination peine à convaincre.

On ne va rien vous spoiler en vous disant que Gru a donc un frère jumeau : c’est sur l’affiche et dans la bande-annonce. Dru est aussi chevelu que Gru est chauve et aussi peu doué pour la vilénie que le fut son superméchant de frère par le passé. Qu’importe : Gru va le former ! Oui, sauf que ce dernier est désormais un agent du bien même s’il a été mis au placard par la nouvelle boss des services secrets. Avec Lucy, les filles et quelques Minions (les autres font bande à part), Gru et Dru vont finalement s’allier pour empêcher l’infâme Balthazar Pratt, anciennne gloire de la télé lorsqu’il était enfant, de réduire le monde à néant.
Christophe Narbonne

Lire la critique en intégralité
 

PREMIÈRE A AIMÉ

LE CAIRE CONFIDENTIEL ★★★★☆
de Tarik Saleh

Graffeur, documentariste, animateur et clippeur, le suédois Tarik Saleh revient à son pays d’origine pour réaliser un film noir ancré dans la réalité la plus crue. On y suit un enquêteur de la police découvrant à ses risques et périls le système de corruption qui a gangrené l’Égypte jusqu’à la révolution de 2011. Le parti pris de réalisme ne s’exprime pas seulement dans le contexte brûlant qui précède les fameuses émeutes de la place Tahrir (dûment reconstituées), mais aussi dans l’intrigue, inspirée d’une authentique affaire de chanteuse assassinée.
Gérard Delorme

Lire la critique en intégralité

PREMIÈRE A PLUTÔT AIMÉ

KOBLIC ★★★☆☆
De Sebastian Borensztein

Vers la fin des années 1970, la dictature argentine avait mis au point une procédure particulièrement brutale pour se débarrasser des opposants au régime : ils étaient jetés vivants d’un avion au-dessus de l’océan. Tomas Koblic (Ricardo Darin), ancien pilote, a déserté l’armée après avoir été contraint de mener un de ses « vols de la mort » ; il se réfugie, torturé par sa conscience, dans un village isolé dans la pampa où il travaille pour une entreprise d’épandage en espérant ne pas faire de vague.
Vanina Arrighi de Casanova
 

Lire la critique en intégralité

ANNA ★★★☆☆
De Jacques Toulemonde Vidal

Fragile, Anna. Bipolaire et faussement excentrique, elle lutte au quotidien contre ses démons. Au point que son ex-mari ne veut plus qu'elle s'occupe de leur fils de 10 ans. Alors Anna décide de l'emmener dans son pays natal, en Colombie, avec son petit ami. Mais est-ce qu'une autre vie les attend là-bas ? Drame familial bourré d'instants de vérité qui se garde bien de juger ses personnages, Anna raconte la tentative de survie d'une femme submergée par ses propres sentiments, entre envie de lâcher prise et cette satanée réalité qui la rattrape ; la quête d'un ailleurs où reconstruire sa vie, avec excès et un certain hédonisme. Un film à l'équilibre précaire mais dont le formidable casting (Juana Acosta Bruno et Bruno Clairefond ainsi que le tout jeune Kolia Abiteboul, parfaitement dirigé) soutient à tout instant les fondations. Touchant.
François Léger

PREMIÈRE A MOYENNEMENT AIMÉ

LES HOMMES DU FEU ★★☆☆☆
De Pierre Jolivet

Bénédicte, adjudant-chef, est mutée dans la caserne du rugueux Philippe. Elle doit faire face à l’hostilité de Xavier, pompier du même grade avec lequel elle est mise en concurrence. Aucune erreur ne lui est permise. Cet « Hippocrate chez les pompiers » (avec Emilie Dequenne dans le rôle de Reda Kateb, en exécutante aguerrie qui doit sans cesse prouver des choses non pas en raison de ses origines mais de son sexe) brille par son réalisme. Le métier de pompier est ainsi très bien documenté : beaucoup de paperasse et de prévention, peu d’interventions spectaculaires. Le machisme de la profession est également pointé non sans quelques maladresses. Le mot est lâché : « maladresse ». Elle contamine le scénario, hyper manichéen, les personnages, réduits à des archétypes grossiers, et les dialogues, péniblement signifiants.
Christophe Narbonne

ENTRE 2 RIVES ★★☆☆☆
De Kim Ki-duk

En 2011, Kim Ki-duk se mettait à nu dans Arirang, autodocumentaire dans lequel le réalisateur coréen racontait sa dépression et sa crise créatrice. Six ans plus tard, la moitié de ses films n’est pas sortie en France et, visiblement, Kim Ki-duk n’a toujours pas retrouvé l’inspiration qui avait sublimé en son temps L’île, Printemps, été, automne, hiver… et printemps ou Locataires. Dans Entre deux rives, il raconte le destin tragique d’un pauvre pêcheur nord-coréen dont le canot, tombé en panne, le fait dériver vers le sud, vers l’autre Corée. Interrogé par les services secrets ennemis, il se heurte à la suspicion des uns et à sa propre colère qui l’amène à commettre des impairs… Animé d’une volonté louable de réconciliation, Ki-duk confond discours et message, met sur le même plan dictature (pas si méchants les nord-coréens) et démocratie (on n’est pas si heureux dans les pays riches) pour un résultat qui frise la démonstration scolaire. Quelques bonnes idées à mettre à son crédit comme dans cette scène où le héros, emmené de force à Séoul, refuse d’ouvrir les yeux pour ne pas être tenté par le luxe et la liberté –et ainsi trahir son pays.
Christophe Narbonne

I AM NOT MADAME BOVARY ★★☆☆☆
De Feng Xiaogang

Après avoir simulé un divorce pour gruger l’administration, Li et son mari se séparent vraiment. Du moins, Qin la quitte pour une autre femme. Li va alors tenter d’obtenir réparation. Ce film expérimental tourné comme s’il était vu d’une lunette (le cadre est donc un rond entouré de noir…) exige du spectateur une attention plus que soutenue d’autant que l’essentiel des dialogues est composé d’un jargon juridique assez contraignant : c’est comme écouter votre notaire pendant deux heures vous expliquer les subtilités de l’usufruit ou d’une succession complexe. La grâce de Fan Bingbing et la composition de l’image ont cependant quelque chose d’entêtant qui peut finir par vaincre les résistances. Encore faut-il dépasser la première heure.
Christophe Narbonne

À LA RECHERCHE DES FEMMES CHEFS ★★☆☆☆
De Vérane Frédiani

Comme son titre l'indique, À la recherche des femmes chefs dresse le constat du manque de parité dans la restauration à l'échelle mondiale. L'hypocrisie de la profession, le machisme ordinaire des pairs masculins, le harcèlement des femmes en cuisine, le déni des médias spécialisés et l'influence de la franc-maçonnerie sur les réseaux... De la Bolivie à la Chine, en passant par la France, l'Italie ou encore la Grande-Bretagne, l'éclairage de Vérane Frédiani sur la situation est fouillé et édifiant, dommage que le documentaire s'éparpille un peu sur la fin et que la réalisation soit beaucoup trop convenue.
François Rieux

 

PREMIÈRE N’A PAS AIMÉ

EMBRASSE-MOI ★☆☆☆☆
D’Océane Rose Marie

Océane, une osthéo qui vient de se faire larguer par sa copine, rencontre Cécile, une photographe timide qui essuie les échecs amoureux. C'est le coup de foudre immédiat pour Océane, un peu moins pour Cécile qui a peur de s'engager dans une nouvelle relation. Mais il en faudra plus à la première pour baisser les bras et renoncer à celle qu'elle voit déjà comme la femme de sa vie. Embrasse-moi ! a tous les travers de la romcom trop sucrée : héroïne en galère sentimentale, ex-copine relou, mère envahissante, potes pots de colle et surtout sempiternel troisième acte où l'histoire d'amour semble compromise à tout jamais. Le long-métrage d'Océane Rose Marie ne brille ni par son originalité, ni par son comique de situation. Seuls quelques dialogues piquants et crus relèvent un peu le niveau, démontrant une certaine volonté de la cinéaste (dont c'est ici le premier film) de vouloir transgresser un peu le genre. Cette tentative malheureusement vaine ne sauve pas ce piètre exercice cinématographique aux allures d'autobiographie qui oscille entre psychanalyse cheap et narcissisme toc. Reste une jolie composition de l'attachante Alice Pol qui change ici de registre, trop lasse peut-être de jouer les habituels faire-valoir aux côtés de Dany Boon.
François Rieux

Et aussi

Loue-moi ! de Coline Assous
Le dernier vice-roi des Indes de Gurinder Chadha
Mom de Ravi Adyawar

Reprises

Memories of Murder de Bong Joon-ho
The Big Lebowski de Joel Coen
Rétrospective Andreï Tarkovski