DR

Programmé hier en prime-time, le film de Quentin Tarantino s’est vu amputer de certaines scènes alors que Pulp Fiction passe ce soir à la même heure sur une autre chaîne, sans coupure.

Avant le générique culte de Django Unchained, un carton d’annonce a été rajouté par TF1 afin d’expliquer que le film serait projeté dans une version « légèrement retravaillée par son réalisateur ». La raison ? Eviter les scènes d’action trop violentes à une heure de grande écoute. 

DR

C’est la scène des chiens dévorant un esclave et celle du gunfight dans le manoir de Leonardo DiCaprio qui ont été raccourcies pour être moins explicites. Nous avons appelé la chaîne pour savoir ce qui justifiat leur décision. « Il s’agit de deux scènes violentes qui ont été légèrement retravaillées par le distributeur télé et Quentin Tarantino afin que TF1 puisse passer le film en catégorie « moins de 12 ans ». Cela fait environ 1m11 sur 2h45 du film…» 

Au CSA, on nous explique qu’une chaîne « n’a pas le droit de découper l’œuvre d’un cinéaste sans passer par celui-ci et le distributeur du film. » Dans le cas présent, tout est en ordre puisque TF1 est passé par Sony Pictures France et Quentin Tarantino lui-même pour cette version alternative. A une heure de grande audience, il était visiblement impossible de diffuser Django Unchained dans sa version cinéma ou alors, cela aurait été « en interdit aux moins de 16 ans et après 22h » continue le CSA.

Ce soir, la chaîne W9 passe à la même heure que Django hier, Pulp Fiction, l’un des films les plus célèbres, et violents, de Tarantino. Pourtant, ici il n’y aura pas de coupes ou de scènes raccourcies. La chaîne explique que « Tout est en ordre pour la diffusion. C’est une interdiction aux moins de 12 ans mais nous passons le film dans sa version intégrale ». Le CSA rajoute : « Toutes les chaînes de télévision peuvent passer quatre films d’une classification « moins de 12 ans » par an. W9 est en règle et respecte ce quota ». Ceci laisse songeur quant à la diffusion sur les grandes chaînes des 8 Salopards, son dernier long-métrage, mais aussi son plus gore. Que feront alors les distributeurs et les chaînes de télévision face à des scènes cultes telles que celle de la fellation forcée ou bien celle du bain de sang final ? Bande-annonce :