Date de sortie 29 avril 2009
Durée 105 mn
Réalisé par Gavin Hood
Avec Hugh Jackman , Liev Schreiber , Danny Huston
Scénariste(s) David Benioff, Skip Woods
Distributeur Twentieth Century Fox
Année de production 2009
Pays de production Etats-Unis
Genre Film fantastique
Couleur Couleur

Synopsis

Comment un héros naît-il ? Quelles épreuves doit-il traverser ? Quel mystère entoure ses origines ? Après avoir intégré le programme militaire Weapon X, qui transforme les mutants en armes vivantes, Wolverine n'a de cesse de retrouver ceux qui ont tué son père et la femme qu'il a aimée.

Toutes les séances de X-Men Origins : Wolverine

Dernières News sur X-Men Origins : Wolverine

Photos de X-Men Origins : Wolverine

DR
DR
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX

X-Men Origins: Wolverine

Wolverine16

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE (2009)

Casting de X-Men Origins : Wolverine

Hugh Jackman
James Logan / Wolverine
Liev Schreiber
Victor Creed / Sabretooth
Danny Huston
William Stryker
Ryan Reynolds
Wade Wilson / Deadpool

Critiques de X-Men Origins : Wolverine

  1. Première
    par Alex Masson

    X-Men origins : Wolverine aura été un bon film pendant une quinzaine de minutes. Les premières. Celles qui expédient « les origines » du titre, expliquant sans surligner que James Logan est un être doté de pouvoirs le rendant immortel et donc capable de traverser toutes les grandes guerres du XXe siècle. Voilà. Pour le reste pas la peine de rester dans la salle. D’abord parce qu’X-men origins : Wolverine ressasse des choses déjà vues dans X-Men 2 (la création du Weapon X). Ensuite parce que le film passe son temps à enlever au personnage toute l’ambiguité qui en faisait le sel. Wolverine est donc dans le camp des gentils. Point. On dirait presque un personnage à la Van Damme : et pendant que Hugh Jackman, Liev Schreiber et Danny Huston jouent sur la même tonalité que JCVD - entre grognements et coups de latte - le scénario déchire en lambeaux la trame shakespearienne – l’affrontement entre les deux frères - qui aurait pu faire de ce Wolverine un spin-off formidable. Reste des scènes d’action plutôt marrantes mais sans âme, des nouveaux personnages (Gambit, Deadpool) sacrifiés avant même d’être esquissés. Autant zapper tout ça jusqu’à l’une des séquences post-génériques où l’on découvre Wolvie parti s’installer au Japon (comme dans l’une des meilleures BD lui ayant été consacrées). On se prendrait presque à espérer que pour Wolverine 2, la Fox succombe à la mode actuelle du rebootage et parte de ce point de départ, en effaçant le gentillet spectacle qu’on vient de subir.

  2. Première
    par Mathieu Carratier

    D’un scénario dénué de tout enjeu dramatique à un non-respect éhonté du matériau (les fans vont s’en mordre les comics), le film de Gavin Hood, dont la mise en scène n’est malheureusement pas taillée pour le blockbuster, a tout faux. Les producteurs ont avoué dans la presse US que Wolverine avait coûté plus de 165 millions de dollars. Pas que l’on soit comptables, mais pendant presque tout le film, on a juste l’impression de voir des comédiens jouer à chat dans une forêt de Vancouver. Si quelqu’un a aperçu le budget, merci d’écrire à la rédaction, qui transmettra. Et non, ce final digne des Power Rangers au sommet d’un réacteur nucléaire ne justifie rien. À l’heure où Hollywood semblait enfin avoir tout compris aux films de superhéros, produisant la même année des titres comme Iron Man ou The Dark Knight, voir débarquer Wolverine et son ambition dégriffée renvoie gentiment à la préhistoire.