Date de sortie 26 février 2014
Réalisé par Anne Villacèque
Avec Karin Viard , Noémie Lvovsky , Jacques Gamblin
Scénariste(s) Anne Villacèque, Sophie Fillières
Distributeur Haut et Court
Année de production 2014
Pays de production FR
Genre Comédie dramatique

Synopsis

Un rien suffit parfois à gâcher un week-end à la campagne. Un simple malentendu sur un parking de supermarché, un mauvais réflexe, et voilà que tout se détraque. Rien ne va plus pour Christine. Jean la quitte. Ses amis de toujours, Sylvette et Ulrich, sont un peu moins ses amis. Tout fout le camp. Mais la vie est toujours pleine de surprises.  Amours et désamours dans la vie de deux couples, le temps des week-ends.

Offres VOD de Week-Ends

UniversCiné HD SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Cinemasalademande SD HD Cinemasalademande 3.99 € Louer

Toutes les séances de Week-Ends

Photos de Week-Ends

DR
DR
Haut et Court
DR
Haut et Court
Haut et Court
Haut et Court
Haut et Court
Haut et Court
Haut et Court

Week-Ends

Week-ends

Week-ends

Week-ends

Affiche Française

Week-ends

Week-ends

Week-ends

Week-ends

Week-ends

Week-ends

Critiques de Week-Ends

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Chérie (2000), le troisième long métrage d’Anne Villacèque se place sous l’égide de François Truffaut. Non seulement par la voix off et le jeu de voisinage qui rappelle Antoine et Colette (l’un des sketches de L’Amour à vingt ans) et La Femme d’à côté, mais également par la délicate musique nostalgique qui sous-tend l’ensemble. Petits riens et grandes déclarations se côtoient dans cette chronique douce-amère du quotidien et de ses ravages. Cependant, le film pèche par ses quelques temps morts et par une forme d’inachèvement inhérente au projet qui nous laissent sur notre faim. Une scène émouvante avec une aïeule philosophe (Gisèle Casadesus) donne une idée de ce qu’auraient pu être la matière et la mise en scène de Week-Ends. Côté interprétation, Noémie Lvovsky et Ulrich Tukur d’une part, Karin Viard et Jacques Gamblin de l’autre, relayés par la « pièce rapportée » (Aurélia Petit), jouent magnifiquement la partition, ténue mais juste.