Toutes les critiques de Warm Bodies Renaissance

Les critiques de la Presse

  1. Metro
    par Jérome Vermelin

    Jouant avec les codes d'un genre vu et revu, Levine orchestre un tête-à-tête bourré de charme et d'humour.

  2. Chronic'art
    par Emannuelle Spadacenta

    Levine s'amuse. Son enthousiasme est contagieux, et Warm bodies, film court et compact, d'avoir un capital sympathie explosant le plafond. Et de revendiquer son statut de petit agitateur du filon jeunesse, genre souvent inconscient de sa médiocrité. Il faut un drôle de talent pour nager à contre-courant.

  3. Entertainment Weekly
    par Lisa Schwarzbaum

    Une adaptation bon marché mais drôle et plaisante de la série « Twilight » qui a pour but de concurrencer vigoureusement les amants Bella et Edward.

  4. Nouvel Obs
    par Xavier Leherpeur

    L’auteur de « 50/50 » revisite la tragédie de Shakespeare en lui adjoignant les codes des films de zombies et ceux de la comédie neurasthénique pour teen-agers mal dans leur peau. La greffe fait mieux que prendre : l’hommage à la série B horrifique est réussi (en dépit d’une résolution un rien expéditive), et l’humour, porté à des sommets d’ironie sardonique grâce à un second degré ravageur.

  5. A nous Paris
    par Fabien Menguy

    Un contexte post-apocalyptique pas très pratique pour tomber amoureux, mais idéal pour la première comédie romantique zombiesque du cinéma. Un concept mortel, traité avec second degré et émotion, qui enterre définitivement les amourettes vampiriques de la saga Twilight.

  6. Critikat.com
    par Théo Ribeton

    Si la sauce prend, c’est certainement du fait des humbles prétentions de Warm Bodies, qui semble assumer sans complexe son caractère tout à fait artificiel, ses ressorts comiques téléphonés mais pas périmés, sa fraîcheur plutôt ludique. Pourquoi bouder donc ? Une friandise, ça ne se refuse pas.

  7. Le Figaro
    par Phalène de la Valette

    Une comédie fantastique loufoque fait le pari de transformer un mort-vivant en petit ami idéal. Le résultat est décapant.

  8. Newark Star-Ledger
    par Stephen Whitty

    Ce genre de film a connu une véritable expansion ces dernières années mais « Warm Bodies » n’amène pas seulement du sang neuf au genre, il fait également travailler les méninges.

  9. Les Inrocks
    par Léo Soesanto

    Astucieux et tordu, Warm Bodies pose les bonnes questions, y répond en douceur. S’éprendre du type qui a dévoré votre fiancé tout cru ? Oui. S’attacher à elle parce qu’on a les souvenirs et sentiments d’un autre ? Mais bien sûr.

  10. Le Parisien
    par Charlotte Moreau

    En voulant concilier pastiche de film d’horreur et vraie comédie romantique, « Warm Bodies : Renaissance » prenait le risque de rater les deux. Miracle, ce mariage contre nature fonctionne grâce à deux bonnes initiatives : choisir un zombie comme narrateur et en confier l’interprétation à l’excellent Nicholas Hoult (« Skins », « X-Men : le Commencement »).

  11. Le JDD
    par Stéphanie Belpêche

    Annoncée comme une déclinaison de Twilight avec des morts-vivants, cette comédie fantastique séduisante dénonce la zombification galopante de notre société où les individus, obnubilés par leur téléphone portable et les réseaux sociaux, ne se parlent plus. Dommage que ce parti pris se délite au profit de la guimauve.

  12. Voici
    par Ariane Valadié

    Moins guimauve que Twilight, ce teen-movie, non révolutionnaire, affiche un humour sympa.

  13. Paris Match
    par Christine Haas

    Adaptée du roman (« Vivants ») d'’Isaac Marion, cette variation de Roméo et Juliette s’adresse au public de « Twilight », aux amateurs de comédies romantiques et de cinéma gore. Beau comme un James Dean malade, Nicholas Hoult (« X-Men. Le commencement ») a le charisme d’un mauvais garçon contemporain. Malgré les petites maladresses de scénario et quelques effets spéciaux décevants, le film est un vrai divertissement.

  14. Public
    par La rédaction de Public

    Après le vampire sexy, voici le zombie craquant ! Attention, cette love story macabre, avec le jeune héros de la série Skins en vedette, n’'est pas faite pour les cœoeurs sensibles.

  15. Richard Roeper.com
    par Richard Roeper

    Un renouveau moderne pour le genre « film de zombie ».

  16. Rolling Stone
    par Peter Travers

    « Warm bodies » cherche à nous prouver que l’amour pur peut redonner du cœur aux zombies. Une escroquerie qui fait que les avis sur le film seront mitigés.

  17. Salon.com
    par Andrew O’Hehir

    « Warm Bodies » sonne beaucoup mieux qu’il ne l’est en pratique.

  18. Time Magazine
    par Mary F Pols

    Une impression de déjà-vu, de films cultes revisités mais « Warm Bodies » est en réalité bien plus complet que ça.

  19. par Mick LaSalle

15 minutes de plaisir sans réserve suivi de 80 minutes d’amusement par intermittence.

  • Le Monde
    par La redaction du Monde

    Une tentative naïve d'attirer les jeunes filles vers l'univers des zombies.

  • Globe and Mail
    par Liam Lacey

    Une comédie romantique accommodante sur les zombies qui dompte sans équivoque la saga « Twilight ».

  • Detroit News
    par Tom Long

    Il faudrait être un zombie pour ne pas aimer ce film.

  • Time Out
    par Anaïs Bordages

    Bien sûr, l’amourette entre un mort et une vivante n’est pas sans rappeler ‘Twilight’, ‘Buffy’ et autres ‘True Blood’ – surtout que l’actrice Teresa Palmer ressemble étrangement à Kristen Stewart – et l’on ne se fait aucune illusion sur la thématique très cucul du film (l’amour triomphe de la différence). Sauf qu’ici, humour pince-sans-rire et bande-son rock viennent remplacer valeurs mormones et discours sur l’abstinence : c’est tout de suite mieux.

  • A voir à lire
    par Frédéric Mignard

    Une romance avec plein de morceaux de zombies à l’intérieur. Un divertissement atypique que l’on réservera aux adolescents. !

  • Mad Movies
    par Jean-Baptiste Herment

    Cette adaptation d'un roman d'Isaac Marion s'avère tout à fait plaisante, au point d'ailleurs de s'imposer comme l'une des plus agréables romcom de ces cinq dernières années. On pourra reprocher à l'intrigue de s'avérer un brin légère, (...) mais ce qu'il perd en force brute, "Warm Bodies" le gagne en émotion grâce à un duo de tourtereaux irrésistibles.

  • Le JDD
    par Barbara Théate

    On s'amuse des obsessions de ces Gaston Lagaffe du sentiment, qui n'hésitent pas à enjoliver, si besoin, une réalité trop peu flatteuse. Mais faute d'écriture, l'intrigue finit par tourner en rond, et les papotages entre filles en arrivent à lasser.

  • Excessif / TF1 News
    par La rédaction de Excessif / TF1 News

    Outre la figure du zombie (corps en lambeau, solitude éternelle, mélancolie totale), "Warm Bodies" exploite d'autres fantasmes adolescents : fin du monde, petite amie douce et compréhensive etc. Au cinéma, le réalisateur Jonathan Levine que l'on sait doué pour retranscrire les états d'âme d'adolescents sensibles ("Wackness"), a pour mission de remplir le cahier des charges et y parvient sans mépriser l'intelligence du spectateur. Le résultat est sans surprise mais carré et plus substantiel que les productions du même genre.

  • Toutlecine.com
    par Camille Esnault

    Il en résulte une romance apocalyptique édulcorée et académique qui n'émeut jamais. La mise en scène, plutôt maîtrisée, ne parvient pas à sauver un scénario qui manque de subtilité et une direction d’acteurs parfois déplorable ( Malkovich est aussi habité que dans Eragon). Warm Bodies reste cependant un film honnête, sans prétention : une comédie romantique naïve et dépouillée qui se veut hype en convocant les thèmes à la mode

  • Washington Post
    par Michael O’Sullivan

    Les adeptes de “The Walking Dead” peuvent circuler, il n’y a rien à voir ici.

  • Les Fiches du cinéma
    par Thomas Fouet

    Jonathan Levine tente le croisement entre le teen movie et le film de zombies. Une possible déclinaison indé et décalée de "Twilight", mignonne tout au plus, qui renonce hélas à excéder son pitch initial.