Date de sortie 14 septembre 2016
Durée 97 mn
Réalisé par Justine Triet
Avec Virginie Efira , Melvil Poupaud , Vincent Lacoste
Scénariste(s) Justine Triet
Distributeur Le pacte
Année de production 2016
Pays de production France
Genre Comédie dramatique
Couleur Couleur

Synopsis

Victoria, avocate pénaliste, s'occupe seule de ses deux enfants depuis qu'elle s'est séparée de son mari. Celui-ci, qui se veut écrivain, consigne leur vie de couple passée, à la grande consternation de la jeune femme. Tout bascule quand, au cours d'un mariage, Victoria croise Vincent, un ami, et Sam, un ancien dealer qu'elle a autrefois aidé. En effet, le lendemain, Vincent, accusé par sa femme de l'avoir agressée pendant la soirée, demande à ce que Victoria soit son avocate. Au même moment, Sam se propose d'aider la jeune femme, qui a du mal à concilier sa vie familiale et professionnelle...

Toutes les séances de Victoria

Dernières News sur Victoria

Que vaut Victoria de Justine Triet ? [critique]

Portrait tragicomique d’une trentenaire à la ramasse, Victoria confirme le talent de Justine Triet après La Bataille de Solferino.

Rencontre avec Justine Triet, Virginie Efira et Vincent Lacoste 

Virginie Efira est grandiose en avocate dépressive dans Victoria de Justine Triet. Elle nous parle du film en compagnie de la réalisatrice et de l’inénarrable Vincent Lacoste.

Photos de Victoria

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Critiques de Victoria

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Avocate célibataire élevant seule ses filles, Victoria voit sa petite vie organisée lui exploser en pleine figure lorsqu’elle est amenée à défendre son meilleur ami, accusé de violences conjugales par sa compagne.

    Bombardée chef de file de la jeune scène indépendante française avec La Bataille de Solferino, Justine Triet incarne un cinéma d’auteur à l’aise avec son héritage post-Nouvelle Vague qui explore de nouvelles pistes, comme ici, en mélangeant le portrait truffaldien avec les codes de la romcom américaine. Difficile, par exemple, de ne pas penser à Jean-Pierre Léaud face au personnage de babysitter joué par Vincent Lacoste, type un peu burlesque et inconscient, au timbre particulier et au romantisme naïf. Il amène cet humour désenchanté qui donne sa couleur au film, à la fois d’une folle drôlerie (voir l’audition du chien, considéré comme « témoin » à charge contre Melvil Poupaud, parfait en ami indélicat et inconstant) et d’un pessimisme forcené. Victoria est au final une comédie sur l’émancipation et le désir féminin, aussi bien que sur l’inquiétude générée par le monde moderne (son culte du résultat et de la personnalité), pas toujours très lisible mais d’une efficacité comique et dramatique redoutable. Le potentiel de Justine Triet s’exprime surtout à travers sa direction d’acteurs, dont Virginie Efira est la principale bénéficiaire : naturellement drôle, l’actrice belge joue à la perfection la mélancolie joyeuse et la fragilité rentrée.
    Christophe Narbonne