Toutes les critiques de The Way - La Route Ensemble

Les critiques de Première

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Ce cinquième et meilleur film d’Emilio Estevez met en scène un ophtalmo conservateur (Martin Sheen) qui, après la mort de son fils sur le chemin de Compostelle, décide à son tour de faire le pèlerinage. En route, il rencontre d’improbables compagnons qui transforment le parcours en une version spirituelle du Magicien d’Oz. À part quelques excès de sentimentalité, on est conquis par la sincérité et la franchise de ce voyage au bout duquel chacun en apprend un peu plus sur lui-même et donc sur le monde.

Les critiques de la Presse

  1. StudioCiné Live
    par Sandra Benedetti

    Charmant. Drôle. Émouvant.

  2. La Croix
    par Arnaud Schwartz

    Sous la direction de son fils Emilio, l’acteur américain Martin Sheen s’engage sur le « Camino » dans un film sincère et émouvant, récit d’un rude voyage au sinueux parcours intérieur.

  3. A voir à lire
    par Virgile Dumez

    Ce road-movie pédestre distille ses charmes doucement, mais sûrement, tout en évitant le piège du pathos et de l’excès de religiosité. Sympathique, malgré une durée excessive.

  4. Le JDD
    par Barbara Théate

    Devant la caméra admirative de son fils, Martin Sheen porte avec beaucoup de générosité ce road-movie pédestre et humaniste, qui prend (un peu trop) son temps. Ses rencontres incongrues avec d’autres touristes aux personnalités bien trempées viennent pimenter cette balade introspective et touchante à travers l’Espagne.

  5. Critikat.com
    par Benoît Smith

    The Way n’est pas de ces films sur lesquels on a instinctivement envie de taper. Son problème est qu’il ne se donne jamais les moyens de rendre crédibles ses sympathiques prétentions.

  6. L'Express
    par Christophe Carrière

    Un drame qui ne manque pas de sincérité.
    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/cinema/the-way-la-critique-de-l-express_1...

  7. Le Canard Enchainé
    par David Fontaine

    Joliment mis en scène dans de beaux paysages, c'est un long-métrage qui célèbre l'expérience du cheminement, en suivant l'histoire d'un père assombri (...) Hélas, le film perd, chemin faisant, de sa sobriété et s'alourdit de bons sentiments et de foi à la sauce américaine.

  8. Télérama
    par Jacques Morice

    Un long pèlerinage plein de bonnes intentions humanistes, mais très ennuyeux en termes de cinéma.

  9. StudioCiné Live
    par Fabrice Leclerc

    Les personnages sont sans épaisseur, ce qui pousse Estevez à en rajouter dans le pathos, les phrases toutes faites et les symboles ridicules. Au final, le pèlerinage se transforme en chemin de croix pour un spectateur normalement constitué, le gros trait étant devenu ici le seul moyen d'expression. Raté de bout en bout.