Titre original If Beale Street Could Talk
Date de sortie 30 janvier 2019
Durée 117 mn
Réalisé par Barry Jenkins
Avec KiKi Layne , Stephan James , Ed Skrein
Scénariste(s) Barry Jenkins
Distributeur MARS FILMS
Année de production 2018
Pays de production Etats-Unis
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Harlem, dans les années 70. Tish et Fonny s'aiment depuis toujours et envisagent de se marier. Alors qu'ils s'apprêtent à avoir un enfant, le jeune homme, victime d'une erreur judiciaire, est arrêté et incarcéré. Avec l'aide de sa famille, Tish s'engage dans un combat acharné pour prouver l'innocence de Fonny et le faire libérer…

Offres VOD

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances

Dernières News sur Si Beale Street pouvait parler

Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon dieu démarre fort

La comédie de Philippe de Chauveron et Minuscule 2 ont largement dominé le box-office.

Le Guide des Sorties du 30-01-19

Ce qu’il faut voir cette semaine.

Photos

Première photo Si Beale Street pouvait parler
Mars films
AFFICHE
Mars Films / Pastel / Plan B / Annapurna Pictures
GALERIE
Mars Films / Pastel / Plan B / Annapurna Pictures
GALERIE
Mars Films / Pastel / Plan B / Annapurna Pictures
GALERIE
Mars Films / Pastel / Plan B / Annapurna Pictures
GALERIE
Mars Films / Pastel / Plan B / Annapurna Pictures
GALERIE
Mars Films / Pastel / Plan B / Annapurna Pictures
GALERIE
Mars Films / Pastel / Plan B / Annapurna Pictures
Première photo Si Beale Street pouvait parler
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Si Beale Street pouvait parler, affiche

Si Beale Street pouvait parler, affiche

KiKi Layne (Tish Rivers), Stephan James (Alonzo «Fonny» Hunt)

KiKi Layne (Tish Rivers), Stephan James (Alonzo «Fonny» Hunt)

KiKi Layne (Tish Rivers), Stephan James (Alonzo «Fonny» Hunt)

KiKi Layne (Tish Rivers), Stephan James (Alonzo «Fonny» Hunt)

Teyonah Parris (Ernestine Rivers), KiKi Layne (Tish Rivers), Regina King (Sharon Rivers)

Teyonah Parris (Ernestine Rivers), KiKi Layne (Tish Rivers), Regina King (Sharon Rivers)

Stephan James (Alonzo «Fonny» Hunt), KiKi Layne (Tish Rivers), Brian Tyree Henry (Daniel Carty)

Stephan James (Alonzo «Fonny» Hunt), KiKi Layne (Tish Rivers), Brian Tyree Henry (Daniel Carty)

Regina King (Sharon Rivers)

Regina King (Sharon Rivers)

Regina King (Sharon Rivers) au centre, personnages

Regina King (Sharon Rivers) au centre, personnages

Critiques

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Remis sous le feu des projecteurs avec le docu de Raoul Peck, I am not your Negro, l’écrivain américain James Baldwin n’avait jamais vu une de ses oeuvres portée sur grand écran aux États-Unis, jusqu’à présent. C’est Barry Jenkins (Moonlight) qui s’attaque à ce Si Beale Street pouvait parler, déjà adapté au cinéma, mais à Marseille, par Robert Guédiguian (À la place du coeur). Jenkins, lui, replace le récit dans son contexte originel : les rues de Harlem au début des années 70. Et en respecte la grande ambition, celle de mêler histoire d’amour et manifeste politique. La romance est celle, vibrante et sensuelle, de deux jeunes Afro-Américains, Fonny et Tisch. Le manifeste politique, c’est la dénonciation puissante des violences subies par cette communauté à l’époque, à travers la descente aux enfers vécue par Fonny, accusé à tort d’avoir violé une Portoricaine, encouragée à le dénoncer par les forces de police. En remontant ainsi le temps, Jenkins raconte aussi et surtout notre époque, où être afro-américain au temps de Trump ressemble à un enfer. Mais il le fait avec ce qui constituait déjà la patte de Moonlight : cette certitude que sa mise en images ne doit jamais être redondante avec la noirceur du récit. Les couleurs sont chaudes, les comédiens à la beauté renversante filmés avec un amour inconditionnel. Jenkins a un sens infini du romanesque et on pardonne quelques scories (un personnage de flic au-delà du caricatural...) pour saluer cette réussite.