Titre original Riaru: Kanzen naru kubinagaryû no hi
Date de sortie 26 mars 2014
Réalisé par Kiyoshi Kurosawa
Avec Haruka Ayase , Takeru Sato , Kyoko Koizumi
Scénariste(s) Kiyoshi Kurosawa
Distributeur Version Originale / Condor
Année de production 2014
Pays de production JP
Genre Film de science-fiction

Synopsis

Atsumi, talentueuse dessinatrice de mangas, se retrouve plongée dans le coma après avoir tenté de mettre fin à ses jours. Son petit-ami Koichi ne comprend pas cet acte insensé, d'autant qu'ils s'aimaient  passionnément. Afin de la ramener dans le réel, il rejoint un programme novateur permettant de pénétrer dans l'inconscient de sa compagne. Mais le système l'envoie-t-il vraiment là où il croit ?Adaptation du roman A Perfect Day for Plesiosaur de Rokuro Inui

Offres VOD de Real

UniversCiné SD HD UniversCiné 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 0  € Abonnement

Toutes les séances de Real

Photos de Real

DR
DR
Condor
Condor
Condor
Condor
Condor
Condor
Condor
DR

Real

Real

Real

Affiche Us

Real

Real

Real

Real

Real

Real

Real

Affiche Française

Casting de Real

Haruka Ayase
Atsumi Kazu
Takeru Sato
Kôichi Fujita
Kyoko Koizumi
La mère de Kôichi
Yutaka Matsushige
Le père d'Atsumi

Critiques de Real

  1. Première
    par Hendy Bicaise

    Comme dans Inception, l’inconscient est ici un monde à explorer, à la fois vaste et clos. Pour Kiyoshi Kurosawa (Shokuzai), dont c’est la première incursion dans l’univers de la science-fiction,
    c’est surtout un nouveau territoire qui s’offre à lui. Cinéaste éclectique (érotisme, épouvante, polar...), il charge Real de ses expériences passées. À tel point que l’on se demande bientôt si l’on regarde
    un mélo, un film de fantômes ou même un monster movie. Un mélange des genres réjouissant, qui relance continuellement l’attention et suscite un enthousiasme grandissant, jusqu’à son final pour le moins surprenant. La générosité de Kurosawa se ressent aussi dans sa mise en scène, qui semble confirmer son désir de toucher un public plus large : le découpage est plus tranchant, les cadrages moins amples et intimidants, et l’apathie de ses personnages s’est muée en une énergie communicative. Real tient du rêve éveillé ou du sommeil agité, c’est selon. Mais le voyage vaut le détour.