Titre original Quartier Lointain
Date de sortie 24 novembre 2010
Réalisé par Sam Garbarski
Avec Pascal Greggory , Léo Legrand , Jonathan Zaccaï
Scénariste(s) Jérôme Tonnerre, Sam Garbarski, Philippe Blasband
Distributeur Wild Bunch
Année de production 2010
Pays de production BE,FR
Genre Comédie dramatique

Synopsis

Thomas, la cinquantaine, père de famille, arrive par hasard dans la ville de son enfance. Alors qu'il se recueille sur la tombe de sa mère, il est pris d'un malaise. Quand il se réveille, son corps semble différent et le nom de sa mère n'est plus gravé sur la pierre tombale...Revenu quarante ans en arrière dans son corps d'adolescent, il décide alors de rentrer "chez lui" pour comprendre ce qui a poussé son père à les abandonner cette année-là et tenter d'empêcher cette mystérieuse disparition. Mais peut-on modifier son passé en le revivant ?

Offres VOD de Quartier Lointain

Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD SD MYTF1VOD 4.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD HD SD CANAL VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
FilmoTV SD FilmoTV 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Quartier Lointain

Photos de Quartier Lointain

DR

Quartier Lointain

Casting de Quartier Lointain

Pascal Greggory
Thomas adulte
Léo Legrand
Thomas adolescent

Critiques de Quartier Lointain

  1. Première
    par Isabelle Danel

    S’il y a, dans le somptueux manga culte du Japonais Jirô Taniguchi, tous les éléments d’une histoire universelle, son adaptation au cinéma et à l’univers français tenait de la double gageure. Les premières images, où Thomas adulte s’endort dans un TGV ou vacille dans un cimetière, sont d’une beauté renversante, respectant les cadres de la BD : alternance de plans larges où le personnage déambule, minuscule, au milieu du décor, et de gros plans de visages ou de mains. La suite, empesée par la reconstitution proprette des années 60, cède plus à la facilité de la chronique ado. Comme si le passage à l’écran avait aplati le propos, qui ressemble soudain à un pitch de comédie américaine genre Big. Mais, même sans conserver le foisonnement originel, la fable trouve son chemin et, au bout du compte, l’émotion est là.