Titre original Paradies: Hoffnung
Date de sortie 24 avril 2013
Réalisé par Ulrich Seidl
Avec Joseph Lorenz , Verena Lehbauer , Michael Thomas
Scénariste(s) Ulrich Seidl
Distributeur Happiness Distribution
Année de production 2013
Pays de production AT,FR,DE
Producteurs Ulrich Seidl
Genre Drame

Synopsis

Mélanie passe ses vacances d'été dans un centre d'amaigrissement très strict. Entre les activités sportives, les conseils nutritionnels, les batailles d'oreillers et les premières cigarettes, elle tombe sous le charme du directeur du centre, un médecin de 40 ans son aîné. Elle l'aime comme on aime la toute première fois et cherche désespérément à le séduire. Conscient que cet amour est impossible, il tente de lutter contre le sentiment de culpabilité qui l'envahit. Mélanie avait imaginé son paradis bien différemment...3e volet après Paradis : Amour et Paradis : Foi

Offres VOD de Paradis : Espoir

UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Photos de Paradis : Espoir

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Paradis : Espoir

Paradis : Espoir

Paradis : espoir

Paradis : espoir

Paradis : espoir

Paradis : espoir

Paradis : espoir

Paradis : espoir

Paradis : espoir

Paradis : espoir

Paradis : espoir

Affiche Française

Casting de Paradis : Espoir

Joseph Lorenz
Le directeur du centre
Michael Thomas
Le professeur de sport
Vivian Bartsch
La nutritionniste

Critiques de Paradis : Espoir

  1. Première
    par Thomas Agnelli

    Le dernier volet de la trilogie s’avère le moins péremptoire. Comme le titre l’indique, il y a de l’espoir chez Melanie, ado vierge de désillusions, que l'on envoie dans un centre d’amaigrissement parce qu’elle peut encore changer de corps et ne pas finir comme sa mère. Le cinéaste passe en revue les clichés sur l’âge ingrat avec plus de mélancolie que de raillerie, se prenant même de compassion pour cette héroïne qui ne connaîtra rien de ce qu’elle désirait en secret, du prince charmant aux meilleures amies cool. Ben alors, on arrête les punitions, Herr Seidl ?